Covid-19 : "le risque d'une 4e vague est là", le vaccin est "une chance à saisir" face au variant Delta

Covid-19 : "le risque d'une 4e vague est là", le vaccin est "une chance à saisir" face au variant Delta©Thomas SAMSON / AFP

publié le mercredi 07 juillet 2021 à 13h40

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait un point sur l'évolution de l'épidémie en France, mercredi 7 juillet, après le Conseil des ministres. Un Conseil de défense se tiendra lundi, à l'issue duquel Emmanuel Macron pourrait s'exprimer. 

"Le risque d'une quatrième vague rapide est là".

Le ton du porte-parole était grave mercredi. "L'épidémie gagne de nouveau du terrain, le retournement de tendance se confirme", a souligné Gabriel Attal à l'issue d'un Conseil de défense Covid puis du Conseil des ministres. "Le nombre de nouveaux cas est reparti à la hausse : une augmentation de plus de 20% en sept jours", détaille-t-il. "Le taux d'incidence - c'est-à-dire le nombre de cas détectés pour 100.000 habitants - a augmenté de 21%". Chez les 20-29 ans, il a "pratiquement doublé en une semaine". La faute au variant Delta, "beaucoup plus agressif que les variants précédents". "Il représente aujourd'hui plus de 40% des contaminations dans notre pays", précise Gabriel Attal. "Ce variant Delta est redoutable, rapide et peut gâcher l'été", insiste-t-il, reprenant les mots du ministre de la Santé Olivier Véran. 




"Les signaux d'alerte se multiplient et nous pourrions suivre la même trajectoire que certains de nos voisins", avertit le porte-parole du gouvernement. Et de citer le Royaume-Uni ou l'Espagne, où la Catalogne a mis en place de nouvelles restrictions

Si "les indicateurs hospitaliers continuent de s'améliorer", "11 régions voient leur taux d'incidence augmenter". Les "dynamiques épidémiques (sont) particulièrement fortes" en Paca et en Île-de-France, où le taux d'incidence augmente dans tous les départements : +91% à Paris, +45% dans les Yvelines, +40% dans les Hauts-de-Seine... La situation se détériore aussi rapidement à La Réunion ou en Martinique. 

La vaccination, "carte maîtresse" face au virus 

"Dans ce contexte, le vaccin est une chance à saisir, une chance de maintenir le contrôle de l'épidémie", estime-t-il. Pour lui, "l'heure est à la mobilisation générale" pour "la vaccination massive". "Chacun détient une part de la solution, chacun peut prendre part à l'épreuve d'immunité collective", enjoint Gabriel Attal. "Le variant n'attendra pas, le vaccin est la carte maîtresse pour lui couper l'herbe sous le pied", souligne encore Gabriel Attal. "Demain dépend de la vaccination", juge-t-il, rappelant "la possibilité d'avoir sa 2e dose sur son lieu de vacances si on a eu la 1re dans son lieu d'habitation principale et inversement". 



Par ailleurs, Gabriel Attal a annoncé la tenue d'un nouveau Conseil de défense sanitaire lundi 12 juillet. Au programme : une éventuelle vaccination obligatoire pour certaines professions, dont les personnels soignants, et la possibilité d'une extension du pass sanitaire. "Nous travaillons à tous les scénarios possibles", explique le porte-parole. 

Interrogé sur la possibilité qu'Emmanuel Macron prenne la parole après ce nouveau Conseil de défense, Gabriel Attal a indiqué que "le président s'exprimera devant les Français d'ici le 14 juillet"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.