Covid-19 : "La situation sanitaire continue de s'aggraver", prévient Gabriel Attal

Covid-19 : "La situation sanitaire continue de s'aggraver", prévient Gabriel Attal
Gabriel Attal, le 28 juillet 2021, à Paris

publié le mercredi 28 juillet 2021 à 15h55

Le porte-parole du gouvernement a toutefois estimé que "nous pouvons éviter une forte vague" en août et à la rentrée grâce à la couverture vaccinale qui progresse en France.

A l'occasion d'un point-presse à la sortie du dernier conseil des ministres avant la trève estivale de début août, Gabriel Attal a mis en garde contre une situation sanitaire qui "continue de s'aggraver et demeure préoccupante" en France. Le porte-parole du gouvernement a mis en avant des indicateurs en hausse, qui traduisent une nouvelle flambée de cas liés au variant Delta du Covid-19.

"Plus que sept départements sont en dessous du seuil d'alerte", a t-il rappelé, mercredi 28 juillet. En Outre-mer, la situation est particulièrement inquiétante a t-il ajouté, évoquant le cas de la Guadeloupe, où l'état d'urgence a été activé, ainsi qu'à Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

Quant à la pression hospitalière, le nombre de patients "atteint 20% de nos capacités totales" à l'hôpital, a t-il indiqué, précisant que cette hausse n'est probablement pas terminée. "Grâce au vaccin nous pouvons éviter une forte vague pendant le mois d'août et à la rentrée", a t-il toutefois tempéré, rappelant qu'il "n'y a pas de fatalité". "Nous pouvons contenir cette quatrième vague à l'hôpital". La situation est fragile mais encore contrôlable.

Gabriel Attal a au passage défendu le pass sanitaire, adressant au passage une pique à "ceux qui confondent libertés et culte de l'individualisme". "Certains s'obstinent à caricaturer les Français", mais "les Français ont fait preuve d'une responsabilité exceptionnelle depuis le début de la crise". "Ce pass sanitaire est un petit outil qui peut sauver beaucoup de vies", a t-il estimé. "Nous sommes des défenseurs farouches des libertés", a t-il clamé. Gabriel Attal a par ailleurs salué la reprise en force des injections après les annonces d'Emmanuel Macron le 12 juillet dernier, "un boom vaccinal porteur d'espoir. "Nous devons convaincre tout le monde, tout le temps, sur tout le territoire", a t-il insisté.



 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.