Covid-19: l'écologiste Yannick Jadot favorable à un vaccin obligatoire

Covid-19: l'écologiste Yannick Jadot favorable à un vaccin obligatoire
L'eurodéputé écologiste Yannick Jadot, le 27 août 2020 à Paris
A lire aussi

, publié le mardi 10 novembre 2020 à 15h29

Le député européen écologiste, Yannick Jadot, s'est dit mardi favorable à rendre le vaccin contre le Covid-19 obligatoire, au lendemain de l'annonce par les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech de l'efficacité de leur candidat vaccin.

"Oui", a répondu l'élu EELV sur franceinfo à une question sur l'obligation d'une vaccination contre le nouveau coronavirus. "A partir du moment où le vaccin sera là, j'espère que tout le monde ira se faire vacciner," a-t-il ajouté.

Certains membres du parti écologiste, comme la député européenne Michèle Rivasi, ont affiché leurs réserves voire leur opposition à une vaccination obligatoire.

"Ok, il y a Michèle Rivasi et puis il y 99,99% des autres," au sein du parti, a répondu M. Jadot, ajoutant rapidement que "Michèle Rivasi est pour la vaccination".

"Je ne doute pas" qu'EELV soit "favorable à la vaccination", a poursuivi M. Jadot. "On peut pas se permettre aujourd'hui d'allonger la période de confinement, la période d'affaissement culturel, social, économique de notre pays", a-t-il plaidé.

Selon un sondage Ipsos publié en septembre, la France se situe parmi les pays où l'intention de recourir au vaccin est la plus faible. Ils ne seraient ainsi que 59% à se faire vacciner contre le Covid-19 en France, contre 74% au niveau mondial.

L'eurodéputé EELV a salué "l'espoir" qu'a fait naître les annonces de lundi, y voyant un "début de perspectives", mais a appelé "les Françaises et les Français à ne pas relâcher leurs efforts" car "aujourd'hui, ce qui nous sauve, ce sont les règles (sanitaires) et ce n'est pas le vaccin, qui arrivera, nous l'espérons, dans quelques mois".

Le patron des députés LR, Damien Abad, s'est déclaré favorable à "une campagne massive de vaccination" si le vaccin a une "fiabilité forte". "Cela ne veut pas dire un vaccin obligatoire pour chaque Français, mais cela veut dire un vaccin diffusé massivement et certainement obligatoire pour un certain nombre de publics, dits fragiles, vulnérables" et les personnels soignants.

"Il faut qu'il y ait de l'adhésion de la population au vaccin" et ne pas "tomber dans un débat entre vaccino-sceptiques et vaccinophiles", a ajouté M. Abad lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale.

Lundi, les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech ont affirmé que leur candidat vaccin était "efficace à 90%" contre le Covid-19, selon l'essai à grande échelle de phase 3 en cours, dernière étape avant une demande d'homologation.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.