Covid-19 en Guadeloupe : "Ce n'est pas un problème de renforts, c'est un problème de pic de cette épidémie", affirme Sébastien Lecornu

Covid-19 en Guadeloupe :  "Ce n'est pas un problème de renforts, c'est un problème de pic de cette épidémie", affirme Sébastien Lecornu
Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, le 11 août 2021 à l'aéroport de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe.

publié le jeudi 12 août 2021 à 10h39

Le renfort hospitalier assorti du confinement est une solution de "court terme" aux Antilles, mais seule la vaccination "est une solution aux crises qui vont venir à moyen et long terme", assure le ministre des Outre-mer.

Face à une situation "catastrophique", le confinement va être durci en Guadeloupe à partir de vendredi 13 août et jusqu'au 1er septembre, a annoncé mercredi le préfet Alexandre Rochatte, confirmant les annonces du gouvernement un peu plus tôt dans la journée. "Il faut très vite que l'on soit capable de casser l'augmentation de l'épidémie", qui atteint "des taux d'incidence jamais connus nulle part sur le territoire de la République française (...) avec presque 1.900 cas pour 100.000 habitants", a-t-il ajouté, s'attendant à ce que la barre des 2.000 cas soient bientôt dépassée.



"On n'a jamais connu ça depuis le début de la pandémie", a insisté jeudi matin au micro de France Inter le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu, arrivé sur place mardi.

"Un test PCR sur quatre est positif, et dans certains endroits, un test sur deux", a-t-il précisé, déplorant que "les patients qui se présentent à l'hôpital sont beaucoup plus jeunes." "On a une situation sanitaire extraordinairement complexe. Elle s'explique évidemment par le variant Delta, par un relâchement des gestes barrières ces dernières semaines et par une faible couverture vaccinale", a-t-il poursuivi.

"Je suis bouleversé par ce que j'ai vu aujourd'hui, je vis cela difficilement, ça dépasse la politique et l'engagement ministériel classique, je dois vous avouer que ça me touche beaucoup", a confié le ministre.

"On prépare les renforts des renforts"

Alors que "270 soignants sont arrivés de l'hexagone pour renforcer les structures locales", ainsi que "60 pompiers" pour les deux prochaines semaines, "avec Olivier Véran, on est déjà en train de préparer les renforts des renforts. L'objectif, c'est d'augmenter les lits de réanimation", a indiqué Sébastien Lecornu.

En Guadeloupe, "en temps normal, il y a 27 lits de réanimation. Au moment où je vous parle, c'est 67. Ce week-end, on aura 12 à 15 lits supplémentaires, et nous sommes en train de bâtir un plan qui nous emmène à une cible entre 100 et 130 lits de réanimation, c'est-à-dire pratiquement 100 lits de plus qu'à l'accoutumée", a-t-il détaillé.

"Mais "au fond, ce n'est pas un problème de renforts, c'est un problème de pic de cette épidémie", a déploré le ministre. "Ce n'est même plus un mur. On a anticipé tous les scénarios, on a mis énormément de moyens sur la table, mais le problème c'est que ce n'est même plus un problème de moyens, c'est que énormément de patients, tous non vaccinés, se présentent au même moment dans les centres hospitaliers", a-t-il expliqué.

Cela "reste la solution d'urgence de court terme", a expliqué le ministre, en lançant de nouveau "un appel grave" à la population à se faire vacciner : "renforts hospitaliers + confinement = solution à la crise à court terme; vaccination = solution aux crises qui vont venir à moyen et long termes", a-t-il résumé.




 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.