Covid-19 : "cas contact", Roselyne Bachelot est à l'isolement

Covid-19 : "cas contact", Roselyne Bachelot est à l'isolement
Roselyne Bachelot, le 28 septembre 2020 à l'Elysée.

, publié le lundi 05 octobre 2020 à 07h40

La ministre de la Culture a partagé un repas vendredi soir avec une personne "diagnostiquée dimanche covid positif", a expliqué son entourage à l'AFP.

Les ministres doivent montrer l'exemple. Considérée comme un "cas contact" Covid-19, Roselyne Bachelot observera en conséquence une période d'isolement de sept jours à son domicile, a annoncé dimanche 4 octobre son entourage à l'AFP. La ministre de la Culture a partagé un repas vendredi soir avec une personne "diagnostiquée dimanche covid positif".




Mme Bachelot est "donc un cas contact", a-t-on ajouté en rappelant qu'était "considérée comme cas contact toute personne ayant été en contact, sans masque, pendant une période supérieure à 15 minutes avec une personne diagnostiquée Covid positif". "Les personnes ayant croisé la ministre ces dernières 72 heures ne sont donc pas considérées comme cas contact", a-ton poursuivi.

Roselyne Bachelot, qui "ne présente à  ce jour aucun symptôme et demeure pleinement mobilisée" à sa tâche, "fera un test PCR 7 jours après avoir été en contact avec cette personne diagnostiquée Covid positif et observera d'ici là une période d'isolement". Son entourage a précisé qu'un "dispositif de travail à distance depuis son domicile a(vait) été préparé il y a plusieurs semaines pour faire face à cette éventualité, son programme de travail est donc réorganisé en conséquence".

Son collègue Bruno Le Maire avait annoncé le 18 septembre qu'il avait été testé positif au Covid-19. Le ministre de l'Economie avait précisé n'être atteint d'aucun symptôme et indiqué qu'il allait continuer à exercer ses fonctions. "Je suis très heureux de vous retrouver dans cette commission des finances, sain et sauf, après une semaine de confinement qui me permet de témoigner que ce virus est tout sauf anodin", avait-il commenté le 28 septembre lors de son retour à l'Assemblée nationale. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.