Coupe du monde et droits de l'Homme : Jean-Luc Mélechon sermonne les Bleus et leur demande de "faire quelque chose"

Coupe du monde et droits de l'Homme : Jean-Luc Mélechon sermonne les Bleus et leur demande de "faire quelque chose"
Jean-Luc Mélenchon à Tegucigalpa, au Hondurs, le 18 juillet 2022.

publié le jeudi 24 novembre 2022 à 21h01

"On sait que vous êtes les meilleurs footeux du monde, mais en plus on voudrait montrer que vous êtes vraiment des Français, c'est-à-dire absolument incontrôlables et insoumis", a exhorté Jean-Luc Mélenchon.

Le sport est bel et bien politique. Jean-Luc Mélenchon a pris le contre-pied d'Emmanuel Macron et a demandé jeudi 24 novembre à l'équipe de France de football de "faire quelque chose" au Qatar, à l'instar des joueurs iraniens ou allemands qui ont exprimé sur le terrain leurs désaccords politiques, face au Qatar, à la Fifa ou leur propre pays.

Dans sa dernière vidéo de "revue de la semaine", Jean-Luc Mélenchon dit attendre "avec impatience de voir ce que les Bleus vont faire".



"Je leur dis 'il faut quelque chose les gars'. C'est pas la peine d'aller raconter 'Liberté, Égalité, Fraternité' et après baisser votre petite tête et ne rien dire", les a-t-il sermonnés, affirmant, à l'opposé d'Emmanuel Macron, que "le sport c'est politique". Face à la "dictature du Qatar", accusé de ne pas respecter les droits de l'Homme, et à "l'aberration écologique", il a enjoint les Bleus à "faire honneur à la Nation française et au peuple français".

"On sait que vous êtes les meilleurs footeux du monde, mais en plus on voudrait montrer que vous êtes vraiment des Français, c'est-à-dire absolument incontrôlables et insoumis jusqu'au fond de votre cœur, car on sait que tous les Français sont insoumis", a-t-il ajouté. 

Prenant l'exemple de la coupe du Monde de 1978 en Argentine, en pleine dictature, qui a permis selon lui de faire connaître la situation sur place et de "créer des rapports de force", il a appelé à "relayer et partager" les actions sur le terrain, "pour que la puissance du Mondial de foot vienne relayer la puissance des causes qu'on défend". 

Face aux appels au boycott du Mondial, le chef de l'État Emmanuel Macron avait estimé avant le début de la compétition, qu'il "ne fallait pas politiser le sport". "Ca n'a pas de sens Monsieur Macron, on peut comprendre que vous êtes copain avec l'émir du Qatar, mais pas au point de dire des bêtises", a asséné Jean-Luc Mélenchon.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.