Corse dans la Constitution: Simeoni reconnaît "des avancées"

Corse dans la Constitution: Simeoni reconnaît "des avancées"

Gilles Simeoni (G) et Jean-Guy Talamoni s'expriment lundi 12 mars 2018 à leur sortie de Matignon

AFP, publié le mardi 13 mars 2018 à 10h12

Le président de l'exécutif Corse, Gilles Simeoni, a reconnu mardi "des avancées" quant au statut de l'île dans la réforme constitutionnelle, au lendemain d'un entretien avec le Premier ministre, qui l'a reçu avec le président de l'Assemblée de Corse, Jean-Guy Talamoni.

"On a toujours envie et nous souhaiterions que cela aille plus vite. Ceci étant, il y a des avancées, notamment le fait qu'il est désormais acquis que l'accord se fera", s'est félicité M. Simeoni sur CNews.

Édouard Philippe a confirmé lundi soir que la Corse serait mentionnée dans "un article spécifique" de la Constitution, selon l'exécutif corse reçu à Matignon, mais sans finalement en dire davantage sur les intentions de l'exécutif sur ce volet sensible.

M. Simeoni a toutefois précisé que la question de l'inscription de l'autonomie de la Corse dans cet article, à laquelle il est favorable, n'avait "pas (encore) été actée" par la gouvernement.

"Nous avons la volonté d'avancer, et surtout, la révision constitutionnelle n'est pas pour nous une affaire idéologique ou une affaire uniquement juridique, elle est politique: il y a, en arrière-plan, la volonté de nous attaquer au mieux et au plus vite aux problèmes concrets des Corses dans tous les domaines, y compris ceux du quotidien, le logement et l'énergie", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur des projets de manifestation, M. Simeoni les a démentis, en estimant qu'"en démocratie, la force la plus importante, c'est celle qui est issue des urnes".

"L'autonomie n'est pas l'antichambre de l'indépendance", a par ailleurs insisté le leader autonomiste. "Aujourd'hui, (les Corses) ne sont pas en faveur de l'indépendance, ceux qui pensent que cela pourrait changer demain pensent que les Corses peuvent évoluer, ça c'est les vertus du dialogue et du débat démocratique", a-t-il ajouté.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
15 commentaires - Corse dans la Constitution: Simeoni reconnaît "des avancées"
  • Je demande à ce que l'Alsace qui a été reréunie à la France par le traite de Versailles de 1919 sans référendum (ce qui au départ était prévu par le président Wilson dans le cadre du droit des peuples à disposer d'eux m^mes) fasse l'objet du m^me traitement que les corses, ou alors c'ets la prime au gangsterisme autonomiste !!
    vive le mouvement Unser Land ! et que le gouvernement discute aussi avec eux!!!!!

  • pas facile ?

  • Je demande à ce que l'Alsace qui a été reréunie à la France par le traite de Versailles de 1919 sans référendum (ce qui au départ était prévu par le président Wilson dans le cadre du droit des peuples à disposer d'eux m^mes) fasse l'objet du m^me traitement que les corses, ou alors c'ets la prime au gangsterisme autonomiste !!
    vive le mouvement Unser Land ! et que le gouvernement discute aussi avec eux!!!!!

  • Je propose un vote pour l'indépendance de la Corse ! mais pas auprès des Corses, mais des "Continentaux" ! Je pense qu'ils l'obtiendraient sans détour ! LOL ! Je parle d'indépendance et non d'autonomie !

  • Cela fait 2 ans que Simeoni et Talamoni tiennent les rênes de la collectivité territoriales Ils n'ont RIEN fait pour améliorer la vie quotidienne des corses .Ils ne parlent que de co-officialité, de statut de résident et d'autres idioties de ce genre dont la majorité des corses n'ont rien à faire !!.il ne faut pas oublier que compte tenu du taux d'abstention, ils n'ont été élu que par 24 % de la population !! J'habite dans un village à une quarantaine de Kms d'Ajaccio : il n'y a pas de médecin et ni le samu ni sos médecins ne se déplacent et ce n'est pas l'inscription de la Corse dans la constitution qui réglera ce genre de problèmes Tous les 2 jouent aux "chefs d'état"; il y a qques mois ils sont partis aux USA (pour quoi faire ???) et en début d'année dans un pays de l'est, la Roumanie me semble-t-il , même question : pour quoi faire ???