Coronavirus : que fait la France pour limiter l'épidémie?

Coronavirus : que fait la France pour limiter l'épidémie?
Un employé de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 26 janvier 2020
A lire aussi

, publié le lundi 27 janvier 2020 à 11h30

La ministre de la Santé a détaillé les consignes sanitaires de lutte contre le coronavirus, alors qu'une opération de rapatriement des Français de Wuhan est annoncée pour le milieu de la semaine. Bruno Le Maire, lui, dit vouloir "éviter les mesures d'affichage".

Le gouvernement a annoncé dimanche 26 janvier le rapatriement prochain des Français qui le souhaitent de la zone d'épidémie du coronavirus en Chine, alors que six cas suspects sont toujours à l'étude en France.

A Paris, les deux patients hospitalisés vont "très bien", a déclaré le chef de service maladies infectieuses de l'hôpital Bichat.

Leur état ne présente "pas de signes de gravité", a précisé le professeur Yazdan Yazdanpanah, sur franceinfo. L'infectiologue estime toutefois qu'il faudra "mettre en quarantaine" les Français rapatriés de la zone chinoise contaminée, "car ils peuvent être porteurs du virus sans avoir de symptômes".

"Totalement inutile d'acheter des masques"

Du côté des autorités, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a dit son intention d'éviter les "mesures d'affichage", comme les contrôles sur la fièvre éventuelle des passagers. "Nous ne sommes pas là pour faire de la figuration", assure Bruno Le Maire ce lundi 27 janvier sur franceinfo, insistant sur la nécessité de "solutions solides, précises" pour garantir la "sécurité sanitaire des Français". "Il y aura évidemment une période de quarantaine" pour les ressortissants français rapatriés, a t-il ajouté.


Dans un point-presse fait ce dimanche, Agnès Buzyn a indiqué que ce rapatriement se fera "en milieu de semaine" et sera effectué sous la supervision d'une "équipe médicale dédiée". Les personnes rapatriées devront en outre "demeurer dans un lieu d'accueil pendant 14 jours", période d'incubation estimée. La "stratégie est d'éviter une propagation", a poursuivi la ministre, en réitérant les consignes (appeler le Samu au 15 en cas de doute et ne pas se rendre aux urgences ou chez son médecin) et en expliquant qu'il était par contre "totalement inutile d'acheter des masques", alors que la rupture de stock guette certaines pharmacies, prises d'assaut ces derniers jours.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.