Coronavirus : la maire sortante de Montauban dénonce une "manipulation politique"

Coronavirus : la maire sortante de Montauban dénonce une "manipulation politique"
Brigitte Barèges à Montauban, le 4 mars 2015.

publié le lundi 16 mars 2020 à 13h11

"Le coronavirus est très contagieux, pour autant il ne faut pas céder à la psychose, on n'en meurt pas, 1 à 2% à peine", a déclaré l'édile.

Déçue de ne pas avoir été réélue au 1er tour, la maire sortante de Montauban (Tarn-et-Garonne), Brigitte Barèges a laissé entendre dimanche 15 mars que les mesures prises par les autorités pour lutter contre l'épidémie de coronavirus relevaient de la "manipulation politique".



"Si les choses avaient été normales, nous aurions pu être élus dès le premier tour", a assuré à la Dépêche du midi et à France 3, la maire sortante LR. Elle est arrivée en tête du scrutin, avec 46,28% des voix.

"Le coronavirus est très contagieux, pour autant il ne faut pas céder à la psychose, on n'en meurt pas, 1 à 2% à peine, c'est déjà beaucoup mais 98% des gens guérissent, a-t-elle ensuite estimé. Donc mettre un couvre-feu d'une telle violence sans rien prévenir la veille d'un scrutin, franchement, je pense qu'il y a une manipulation politique".


Brigitte Barèges a été renvoyée en correctionnelle, début février, pour "détournement de fonds public" dans une affaire d'emploi fictif présumé à la mairie. Un dossier qu'elle avait alors qualifié de "politique". Connue pour ses dérapages homophobes et xénophobes, Brigitte Barèges a toujours nié les faits reprochés dans ce dossier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.