Coronavirus. "Amateurs dangereux" : Ségolène Royal étrille le gouvernement

Coronavirus. "Amateurs dangereux" : Ségolène Royal étrille le gouvernement
Ségolène Royal à Marseille le 23 janvier 2020.

, publié le mercredi 18 mars 2020 à 08h00

Dans une série de messages sur Twitter mardi, l'ancienne ministre dénonce "l'incompétence et la désinvolture" des ministres chargés de lutter contre l'épidémie. 

Très active sur le réseau social, l'ancienne ministre de l'Ecologie déverse, depuis quelques jours, tout le mal qu'elle pense de la gestion de la crise par le gouvernement. Commentant l'interview d'Edouard Philippe sur France 2 mardi soir, elle regrette : "Le problème c'est d'avoir un Premier ministre candidat aux municipales en pleine crise sanitaire.

Donc il est juge et partie quand il décide de ne pas reporter des élections où il espérait être élu au 1er tour pour se refaire une santé (si on ose dire)". 




En postant une vidéo de la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, qui affirme que tous les Français n'ont pas besoin de porter de masques, elle dénonce : "Bonjour les amateurs dangereux. Et cela fait des semaines que ça dure. Les médecins n'ont pas de masques et doivent soigner ! Vous mettez leur vie en danger ! Les Français sont confinés et ont besoin de masque. Vous avez entendu ou pas ?". 



A propos du ministre de l'Economie Bruno Le Maire, qui envisage de nationaliser certaines entreprises, elle tacle : "Le même qui voulait nationaliser Aéroport de Paris et privatiser les retraites et la santé. Aucune pudeur". 



Citant le ministre de la Santé Olivier Véran, qui a expliqué sur BFMTV et RMC que "c'est le confinement qui provoque la circulation du virus" (dans les espaces où se retrouvent de nombreuses personnes), elle répète : "Bonjour les amateurs ! Incompétence et désinvolture. C'est grave. Qu'il se rachète en s'occupant de la pénurie de masques !"

Ancienne ambassadrice des pôles nommée par Emmanuel Macron, Ségolène Royal a quitté ses fonctions mi-janvier, après ses critiques réitérées à l'encontre du chef de l'Etat. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.