Conseil de défense mardi, réunion à Matignon... Face à la deuxième vague, l'exécutif s'organise

Conseil de défense mardi, réunion à Matignon... Face à la deuxième vague, l'exécutif s'organise
Emmanuel Macron et Jean Castex, le 14 juillet 2020, à Paris.

, publié le lundi 26 octobre 2020 à 16h42

Emmanuel Macron a reporté lundi un déplacement qu'il devait effectuer le lendemain au Creusot sur le nucléaire civil et militaire "en raison du contexte sanitaire" lié au Covid-19. Par ailleurs, deux Conseils de défense et une réunion entre une dizaine de ministres à Matignon sont prévus.




Alors que la deuxième vague du Covid-19 s'abat brutalement sur la France, l'exécutif semble accélérer la cadence.

Emmanuel Macron a reporté lundi 26 octobre un déplacement qu'il devait effectuer le lendemain sur le site industriel de Framatome au Creusot, en Saône-et-Loire, pour soutenir la filière nucléaire, en raison du contexte sanitaire" lié au Covid-19, a indiqué l'Élysée. Le chef de l'Etat réunira mardi matin un Conseil de défense consacré au Covid-19, avant que son Premier ministre Jean Castex ne reçoive en fin de journée "les forces politiques" puis les partenaires sociaux à Matignon, a annoncé l'exécutif.

Le chef de l'Etat réunira ensuite, mercredi matin, un nouveau Conseil de défense consacré à l'épidémie, a-t-on précisé de même source, alors que la seconde vague du Covid-19 flambe en France. Les deux réunions prévues autour du chef du gouvernement mardi après le premier Conseil de défense ont pour but d'évoquer "les durcissements envisagés dans la gestion de la crise sanitaire" du Covid-19, a indiqué Matignon à l'AFP.

Vers un reconfinement ?

Inimaginable il y a encore 15 jours, l'hypothèse d'un reconfinement prend désormais corps. "Nous devrons envisager des mesures beaucoup plus dures", avait notamment indiqué la semaine dernière le chef du gouvernement en annonçant l'extension du couvre-feu à 38 nouveaux départements. "Il est encore temps de l'éviter mais il ne nous reste plus beaucoup de temps", avait-il martelé. 

"On est dans une situation difficile, voire critique. (...) On avait prévu qu'il y aurait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours", a de son côté souligné lundi matin sur RTLJean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, estimant qu'il faudrait au minimum durcir et étendre le couvre-feu face à une deuxième vague épidémique "brutale" ou un confinement "moins dur que celui du mois de mars".

"Si reconfinement il doit y avoir dans dix jours ou dans quinze jours, parlons-en déjà maintenant, que l'on prépare les Français", a plaidé le président Les Républicains de la région Grand Est, Jean Rottner, en réclamant une large "concertation" pour préparer un "reconfinement adapté" aux situations locales. Car, "si on reconfine totalement comme on l'a fait en mars, ce n'est pas moins 10% de récession qu'on risque, c'est un écroulement de l'économie", a craint le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, sur RMC.

"On souhaite éviter un reconfinement général, en tout cas on veut trouver un bon équilibre entre la santé des Français et la poursuite de l'activité économique, éducative et culturelle", a pour sa part assuré la ministre du Travail Elisabeth Borne sur LCI.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.