Confinement : "On a encore deux semaines à serrer les dents", explique Agnès Pannier-Runacher

Confinement : "On a encore deux semaines à serrer les dents", explique Agnès Pannier-Runacher
La ministre chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher le 19 octobre 2020 à Paris.

, publié le lundi 16 novembre 2020 à 09h30

Alors que les demandes de dérogations et de réouverture des commerces se multiplient, la ministre chargée de l'Industrie à appelé lundi matin à faire preuve de patience. 



Alors que la situation sanitaire s'améliore, le ministre de la Santé affirmant que "tout porte à croire que nous avons passé un pic épidémique" de Covid-19, faut-il rouvrir les commerces "non essentiels", élargir le périmètre de balade à plus d'un kilomètre en forêt ou lever l'interdiction des rassemblements religieux ? "Je crois qu'on a encore deux semaines où il faut serrer les dents", a répondu lundi 16 novembre Agnès Pannier-Runacher la ministre chargée de l'Industrie. 




"Pour pouvoir réouvrir plus largement et permettre à chacun de s'y retrouver, il faut aujourd'hui fermer, limiter les interactions sociales. C'est en train de marcher, serrons les dents encore 15 jours et regardons au 1er décembre ce qui peut être réouvert", a-t-elle insisté sur sur franceinfo. "Pour nous ce serait idéal de permettre quelques réouvertures de commerçants au 1er décembre", a-t-elle poursuivi. "Nous n'y sommes pas encore, mais on fera tout pour ralentir la circulation du virus", a-t-elle conclu.

Le Premier ministre Jean Castex a indiqué jeudi que, "si les données sanitaires le permettent", "des premières mesures d'allègement pourrait intervenir à compter du 1er décembre", "strictement limités aux commerces". Les bars, restaurants, salles de sport et salles de spectacle ne seront donc pas concernés.

Invitée de BFMTV lundi matin, la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse a de son côté plaidé pour une réouverture le 27 novembre, jour du Black Friday. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.