Confinement : le Medef dénonce une "folie bureaucratique"

Confinement : le Medef dénonce une "folie bureaucratique"
Geoffroy Roux de Bézieux, en octobre 2020, à Paris

, publié le samedi 20 mars 2021 à 11h55

Le renforcement des restrictions sanitaires laisse les commerces "non-essentiels" sur le carreau, dans un confinement hybride aux règles variables selon les secteurs d'activité.

Pendant que les nouvelles restrictions anti-Covid entraient en vigueur samedi 20 mars, le président du Medef a fustigé un "acharnement contre les commerces" après la décision du gouvernement d'un reconfinement de 16 départements, dont ceux d'Ile-de-France, s'inquiétant également d'un retour de la "folie bureaucratique".

"On a du mal à comprendre cet acharnement sur les commerces alors qu'énormément d'efforts ont été faits sur le plan sanitaire", a dit Geoffroy Roux de Bézieux sur Europe 1 au sujet de la décision de refermer les commerces dits non essentiels à compter de samedi, pour lutter contre le rebond de l'épidémie de Covid-19.

"Le principe du confinement partiel ne fonctionne pas"

Le patron du Medef reproche notamment au gouvernement d'incriminer les commerces comme étant des lieux de contamination: "ça vient loin derrière les familles, les entreprises, les proches", a-t-il dit, tout en concédant qu'il y avait des "progrès à faire au moment de la restauration". 

Concernant les critères de fermeture, le patron des patrons estime que "la folie bureaucratique va se remettre en place comme au mois de novembre", ajoutant ignorer si les magasins de bricolage ou d'électronique d'une surface supérieure à 10.000 m2 resteraient ouverts ou non. "Le principe du confinement partiel des commerces ne fonctionne pas", a-t-il tranché, répétant que "ce n'est pas dans les commerces qu'on se contamine". 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.