Confinement : EELV réclame un droit à la nature pour tous

Confinement : EELV réclame un droit à la nature pour tous
Des promeneurs, à Lille, en mai 2020

publié le lundi 09 novembre 2020 à 13h55

"L'accès à la nature est indispensable à la santé mentale", fait valoir Julien Bayou, qui pointe les limites de la règle du kilomètre pour les sorties de loisirs pendant le confinement.

Le secrétaire national d'EELV, Julien Bayou, a demandé de revoir les contraintes du confinement pour garantir aux Français un égal "accès à la nature", au côté d'autres mesures sanitaires et sociales pour faire face à la crise.

Lors d'une visioconférence de presse tenue lundi 9 novembre, le chef de file écologiste a demandé d'"adapter" la limitation à un kilomètre de déplacement pour les promenades: "Ce kilomètre constitue une rupture du principe d'égalité car pour beaucoup de Français, il n'y a pas de parc et jardin dans ce périmètre". Or selon lui, "l'accès à la nature est indispensable à la santé mentale", qui plus est dans cette période troublée.

"Laxisme sur le télétravail"

EELV a, par ailleurs, décliné ses propositions en matière sanitaire. La porte-parole Eva Sas a regretté un "demi-confinement qui entraîne des demi-résultats sanitaires".

Le parti soutient la grève des enseignants, mardi, et réclame le renforcement du protocole dans les établissements et la gratuité des masques pour s'y rendre. Eva Sas a dénoncé "un laxisme sur le télétravail": "Nous demandons le renforcement des contrôles et des sanctions des entreprises" ne respectant pas les recommandations.

Concernant les petits commerces, contrairement à plusieurs collègues, "les maires écolos n'ont pas pris d'arrêté autorisant leur ouverture par souci de responsabilité". L'autre porte-parole, Alain Coulombel, a développé les propositions sociales d'EELV à l'heure du deuxième confinement. "Le gouvernement n'a pas pris la mesure de la fracture sociale qui est en train de se creuser dans le pays. En France, un million de personnes d'ici fin 2020 devraient tomber dans la pauvreté, s'ajoutant aux plus de neuf millions déjà dans cette situation".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.