Conférence de presse d'Emmanuel Macron : 4 annonces à retenir de l'allocution

Conférence de presse d'Emmanuel Macron : 4 annonces à retenir de l'allocution
Emmanuel Macron, à Paris, le 25 avril 2019

Orange avec AFP-Services, publié le jeudi 25 avril 2019 à 19h55

Le chef de l'Etat a débuté son "grand oral" en conclusion du débat national pour un propos liminaire de près d'une heure, au cours duquel il a présenté ses principales mesures en réponse à la crise des 6 derniers mois. En parallèle des grands thèmes (Fiscalité, retraites, démocratie participative...), déjà sur la table depuis l'allocution reportée du 15 avril, le chef de l'Etat a dévoilé d'autres pistes.

Emmanuel Macron a livré jeudi 25 avril devant la presse ses premières réponses au grand débat, dans une allocution précédant une séance de questions/réponses. Le patron de l'exécutif a pris la parole face à 320 journalistes, dont près d'un tiers de correspondants étrangers, sont réunis dans la salle des fêtes de l'Elysée.

LES "MAISONS FRANCE SERVICES"

"La simplicité, c'est la vraie protection". Voilà comment Emmanuel Macron résume l'idée d'un nouveau lieu, inspiré des actuelles Maisons de services au public (MSAP) qui concentrerait les services de l'Etat.

Sur cette réflexion, le chef de l'Etat dit s'être penché sur le fonctionnement du Canada. "Les canadiens sont toujours très inspirants" a t-il commencé avant d'évoquer la création d'une "Maison France Services", dans chaque canton.



Ce lieu rassemblerait tous les services de l'Etat (Pole emploi, services de préfecture, Caisse d'allocations familiales) ainsi que les opérateurs (eau, téléphonie, gaz).

LA FIN DES "GRANDS CORPS"

"Notre haute fonction publique ne peut pas être tenue à l'écart. Nous lui devons beaucoup, mais des changements sont à faire". Emmanuel Macron souhaite mettre fin aux systèmes des "grands corps" de la haute fonction publique, dont les membres sont actuellement selon lui "garantis d'une protection à vie".

"On doit (...) mettre à l'épreuve les jeunes hauts fonctionnaires. Ils ne peuvent pas tout de suite accéder aux postes suprêmes et être garantis de ne jamais les quitter. Je souhaite que nous mettions fin aux grands corps", a dit le chef de l'Etat devant la presse à l'Elysée. Le chef de l'Etat, dans un second temps, a confirmé le projet de suppression de l'ENA, largement débattu ces derniers jours. "Il faudra conserver les locaux et les agents qui y sont, mais je ne crois pas au rafistolage". "Il s'agit pas de dire que l'ENA est mauvaise en soi", mais on doit avoir un geste large.

UN "CONSEIL DE DÉFENSE ÉCOLOGIQUE"

Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un "conseil de défense écologique" qui réunira les ministres dédiés pour faire les "choix stratégiques" imposés par "l'urgence climatique".

"Je veux que nous mettions en place un conseil de défense écologique qui réunira le Premier ministre et les principaux ministres chargés de cette transition (...) que je présiderai de manière régulière pour à la fois prendre les choix stratégiques et mettre au cœur de toutes nos politiques cette urgence climatique", a-t-il déclaré devant la presse à l'Elysée, répétant également sa volonté de défendre au niveau européen la mise en place d'une taxe carbone aux frontières.

24 ÉLÈVES PAR CLASSE AU MAXIMUM ENTRE LA GRANDE SECTION ET LE CE1

 Pour le chef de l'Etat, les classes de grande section de maternelle, de CP et de CE1 ne devront jamais dépasser 24 élèves" par classe. Emmanuel Macron veut "étendre le dédoublement des classes (de CP), qui fonctionne, et a déjà de très bons résultats dans les quartiers défavorisés, (...) à la grande section de maternelle" et "pouvoir, dans toutes les écoles de la République, de la grande section de maternelle au CE1, avoir des classes à taille humaine, c'est-à-dire qui ne dépassent jamais 24 élèves".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.