Commission du numérique : Larcher fait de la résistance

Commission du numérique : Larcher fait de la résistance
Gérard Larcher, le président du Sénat. (Illustration)
A lire aussi

leparisien.fr, publié le lundi 04 juin 2018 à 20h34

Cette commission doit lutter contre la fracture territoriale. Et pourtant, le président du Sénat, défenseur des territoires, bloque sa mise en place...

Ca bloque au Sénat. Voilà près de six mois que Gérard Larcher, le président LR de la Chambre Haute, attend de signer le document validant la nomination des 7 membres relevant de ses prérogatives, sur les 17 au total qui composent la Commission supérieure du numérique et des Postes (CSNP). Son homologue à l'Assemblée Nationale, François de Rugy, compétent pour la nomination de 7 autres membres- aux côtés de 3 personnalités qualifiées nommées par Bercy- a déjà procédé à cette signature depuis le début de l'année... Or, faute de la validation officielle de Gérard Larcher, cet organisme ne peut pas fonctionner. Face à ce blocage, plusieurs députés de La République En Marche viennent, selon nos informations, d'écrire à François de Rugy pour l'inviter à faire pression sur le président Larcher et l'inciter à signer sa décision.

Le dossier peut paraître technique. Et pourtant son impact sur l'emploi et la fracture territoriale est considérable. La mission de la Commission: mettre en oeuvre, accélérer et contrôler toutes les politiques publiques relatives au numérique et au redéploiement des services de La Poste. «De nos jours, la quasi-totalité des sujets a un lien avec le numérique, d'où l'importance de finaliser la mise en place de cette commission, explique Eric Bothorel, l'un des signataires. Le blocage auquel nous assistons révèle une forme de déconnexion avec les enjeux de l'accélération de la mutation numérique et les réalités économiques et sociales du pays. »

Un investissement de plus de 3 milliards d'euros

Les accords pour lutter contre les zones blanches signés à l'automne dernier avec les opérateurs téléphoniques par Julien Denormandie, le secrétaire d'Etat en charge de la cohésion territoriale ? C'est la Commission qui peut être plus qu'utile à son suivi, avec à la clé un investissement de plus de 3 milliards d'euros et 13 millions de Français concernés. La Loi Elan sur le logement ou celle sur les « Fake News »? Idem. Des textes en passe d'être votés par le Parlement et qui concernent les emplois, la mobilisation des filières de formation, les territoires et notre souveraineté numérique.

Pourquoi une telle réticence du président Larcher? Selon certains, ce dernier souhaiterait voir son poulain, le sénateur LR Patrick Chaize, occuper la présidence de cette Commission, mais la probabilité est très faible... Au palais du Luxembourg, on préfère ne pas commenter.

Ca bloque au Sénat. Voilà près de six mois que Gérard Larcher, le président LR de la Chambre Haute, attend de signer le document validant la nomination des 7 membres relevant de ses prérogatives, sur les 17 au total qui composent la Commission Supérieure du Numérique et des Postes (CSNP). Son homologue à l'Assemblée Nationale, François de Rugy, compétent pour la nomination de 7 autres membres- aux côtés de 3 personnalités qualifiées nommées par Bercy- a déjà procédé à cette signature depuis le début de l'année... Or, faute de la validation officielle de Gérard Larcher, cet organisme ne peut pas fonctionner. Face à ce blocage, plusieurs députés de La République En Marche viennent, selon nos informations, d'écrire à François de Rugy pour l'inviter à faire pression sur le président Larcher et l'inciter à signer sa décision.

Le dossier peut paraître technique. Et pourtant son impact sur l'emploi et la fracture territoriale est considérable. La mission de la Commission: mettre en oeuvre, accélérer et contrôler toutes les politiques publiques relatives au numérique et au redéploiement des services de La Poste. «De nos jours, presque tous les sujets ont un lien avec le numérique, d'où l'importance de finaliser la mise en place de cette Commission, explique Florian Bachelier, premier questeur de l'Assemblée nationale et membre de la CSNP nommé par le président de Rugy. Le blocage auquel nous assistons actuellement révèle la profonde déconnexion du Parlement, et notamment du Sénat, avec les réalités économiques et sociales du pays. » Les accords pour lutter contre les zones blanches signés à l'automne dernier avec les opérateurs téléphoniques par Matignon et Julien Denormandie, le secrétaire d'Etat en charge de la cohésion territoriale ? C'est la Commission qui est en théorie responsable de sa mise en oeuvre, avec à la clé un investissement de 3 à 4 milliards d'euros et 13 millions de Français concernés. La Loi Elan sur le logement ou celle sur les « Fake News »? Idem. Des textes en passe d'être votés par le Parlement mais dont la mise en oeuvre risque d'être chaotique faute de signature de Gérard Larcher...

Pourquoi une telle réticence ? Selon certains, le peu de chances du sénateur LR, Patrick Chaize, poulain de Gérard Larcher, pour occuper la présidence de la Commission, serait à l'origine du manque d'empressement du président du Sénat... Au palais du Luxembourg, on préfère ne pas répondre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.