"Commence déjà par gagner une élection" : ambiance tendue entre Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti en Conseil des ministres

"Commence déjà par gagner une élection" : ambiance tendue entre Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti en Conseil des ministres
Eric Dupond-Moretti et Gérald Darmanin, le 28 avril 2021 à l'Elysée.

publié le mercredi 23 juin 2021 à 16h22

Le ministre de la Justice n'a pas apprécié le soutien de son collègue de l'Intérieur à Xavier Bertrand, après la défaite de la liste LREM, sur laquelle ils figuraient tous les deux, pour les élections régionales dans les Hauts-de-France. "Commence déjà par gagner une élection", lui aurait répondu l'ex-LR, rapportent plusieurs médias.

Après la défaite de la liste de la République en marche dans les Hauts-de-France, éliminée dès le premier tour, Gérald Darmanin a assuré qu'il n'aurait aucun problème à voter pour le président sortant Xavier Bertrand, arrivé en tête devant le Rassemblement national."J'appelle sans difficulté à voter pour lui.

C'est un ami, vous le savez", a expliqué le ministre de l'Intérieur mardi 22 juin sur France Inter.



L'élu du Nord est même allé plus loin en félicitant son ancien acolyte des Républicains, dont il a été le directeur de campagne lors des régionales de 2015. "Vous connaissez mon estime pour Xavier Bertrand, il a été récompensé pour son bilan", a-t-il insisté, en soulignant : "Je suis un homme de droite. J'ai toujours été clair là-dessus. Le président le sait, la majorité le sait. Je ne trahis personne", a-t-il voulu souligner.

Ce qui n'est pas l'avis de son collègue Eric Dupond-Moretti. "C'est une trahison", a estimé mercredi matin en Conseil des ministres le garde des Sceaux, rapporte Loïc Signor, politique en charge de l'Elysée pour Cnews, évoquant une "ambiance houleuse". "Commence déjà par gagner une élection !", lui aurait alors répondu Gérald Darmanin. Un échange confirmé par BFMTV.

Une autre source proche de l'exécutif a qualifié auprès de l'AFP l'échange entre les deux hommes d'"assez violent", précisant qu'il s'était déroulé "juste avant" le Conseil. Elle a fait valoir également que M. Darmanin était "intenable" car il fait des "off (déclarations non publiques à la presse, ndlr) dans tous les sens pour dézinguer ses camarades".

Les deux hommes faisaient partie, avec Agnès Pannier-Runacher (Industrie) et Alain Griset (TPE/PME), des cinq ministres présent sur la liste de la majorité conduite le secrétaire d'État chargé des retraites Laurent Pietraszewski dans les Hauts-de-France. Une liste qui a fait moins de 10% des voix, l'empêchant ainsi de se maintenir au deuxième tour. 

Le ministre de l'Intérieur est néanmoins arrivé en tête dans son canton de Tourcoing 2 (Nord) avec 54% des voix, devant l'union de la gauche (28%) qu'il affrontera au second tour des élections départementales."Je suis le seul ministre à avoir fait deux fois de suite, aux municipales et hier aux départementales, plus de 50% des voix au premier tour", s'est félicité l'ex-maire de Tourcoing sur France Inter. Et d'insister : "Sur notre canton, on fait six fois mieux que la liste Pietraszewski".

De quoi alimenter les tensions avec le ministre de la Justice, qui n'a de son côté jamais élu. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.