Collard, Maréchal, Dupont-Aigan... Quand les politiques doutent du vaccin contre le Covid-19

Collard, Maréchal, Dupont-Aigan... Quand les politiques doutent du vaccin contre le Covid-19
Gilbert Collard et Marion Maréchal, le 14 juin 2017 à Cailar, dans le Gard.
A lire aussi

, publié le mercredi 09 décembre 2020 à 13h55

Alors que 80% des sympathisants du Rassemblement national n'ont pas l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19, de nombreux sceptiques figurent également dans les rangs de l'extrême-droite. 




Alors que la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 sévit toujours en France et en Europe, le Royaume-Uni a lancé mardi 8 décembre sa campagne de vaccination, une première dans un pays occidental. En France, cette campagne débutera en janvier 2021 pour les plus fragiles, avant d'être étendue à toute la population d'ici au début de l'été. 

Encore faut-il que les Français se fassent vacciner.

En effet, alors qu'Emmanuel Macron a assuré que la vaccination ne serait pas obligatoire, une grosse majorité de Français (61% selon un dernier sondage Ifop daté de jeudi 3 décembre) n'a pas l'intention de se faire vacciner contre le Covid-19. La défiance est encore plus forte chez les sympathisants du Rassemblement national : 80% d'entre eux n'entendent pas se faire vacciner. Parmi eux figurent certaines personnalités politiques.

"J'attendrai d'être rassuré"

Si la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen a assuré qu'elle se ferait vacciner, tout en défendant le caractère non-obligatoire de la vaccination, c'est loin d'être le cas de tous ses lieutenants. "J'attendrai d'être rassuré et lorsque j'estimerai avoir été rassuré peut-être que je me ferai vacciner", a notamment déclaré son vice-président Jordan Bardella lundi 7 décembre sur franceinfo. "Ces vaccins vont expérimenter "une méthode vaccinale l'ARN messager et la thérapie génique qui n'ont jamais été testées sur l'homme", a argué l'eurodéputé.

L'eurodéputé RN Gilbert Collard a de son côté estimé vendredi qu'il fallait être "très courageux" pour se faire vacciner après avoir entendu Alain Fischer, le "M. Vaccins" du gouvernement, affirmer qu'on manquait encore de données sur l'effet des vaccins contre l'infection ou la transmission du virus.

Un vaccin vraiment indispensable ?

Invitée de RTL mercredi 9 décembre, sa nièce et ancienne députée du FN Marion Maréchal a également indiqué qu'elle n'envisageait pas de se faire vacciner contre la Covid-19 dans un premier temps, ce qu'elle avait déjà dit la veille sur Europe1 . "J'attends de voir si l'épidémie sera toujours existante quand le vaccin sortira. On fait comme si cette maladie sera encore là dans un an, mais à un moment donné, l'immunité collective va peut-être jouer" un rôle pour freiner la propagation du virus, a avancé l'ex-élue du Vaucluse.

L'ancien bras droit de Marine Le Pen, Florian Philippot, président du parti Les Patriotes, s'est lui demandé mercredi dernier sur Facebook s'il fallait "vraiment un vaccin" et a plaidé pour l'hydroxychloroquine, dont l'efficacité contre le Covid-19 n'a pourtant jamais été prouvée.

Le même jour, Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France et ancien allié de Marine Le Pen dans la course à la présidentielle de 2017, a assuré sur BFMTV qu'il n'était "pas un cobaye" et qu'il ne prévoyait pas de faire vacciner "en l'état"

Vos réactions doivent respecter nos CGU.