Cinq prétendants de la droite pour 2022 d'accord pour "une candidature unique"

Cinq prétendants de la droite pour 2022 d'accord pour "une candidature unique"
Le parti Les Républicains réunit plusieurs candidats potentiels de la droite à l'élection présidentielle, sans Xavier Bertrand, pour tenter de s'entendre en amont du scrutin

publié le mardi 20 juillet 2021 à 19h11

Cinq candidats potentiels de la droite à l'élection présidentielle, réunis mardi à Paris, se sont mis d'accord pour envisager une "candidature unique", alors que le prétendant déjà déclaré Xavier Bertrand, absent, refuse à ce stade de participer à une primaire.

"Chacun de ses participants s'est engagé à respecter une règle commune dans une démarche collective qui permette le rassemblement autour d'un seul candidat", ont affirmé dans un communiqué les organisateurs de la rencontre, le président de LR Christian Jacob, le président du Sénat Gérard Larcher et le maire d'Antibes Jean Leonetti, chargé d'une mission sur le "processus de rassemblement" des candidats potentiels en 2022.

Participaient à cette réunion le chef de file des sénateurs LR Bruno Retailleau, l'ancien ministre et négociateur du Brexit Michel Barnier, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez et le maire de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) Philippe Juvin, tous LR, ainsi que la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui a quitté LR.

La réunion, qui a duré deux heures, avait lieu dans un hôtel près de l'Opéra Garnier.

"Seuls l'unité et le rassemblement autour de notre candidate ou candidat, et dans la perspective d'une +équipe de France de l'alternance+, pourront porter l'espoir de millions de Français qui attendent le changement", ont ajouté les trois instigateurs du conclave.

Le parti a fixé le 25 septembre comme date butoir pour que les candidats putatifs s'entendent. Si cette hypothèse optimiste ne se réalise pas, un congrès décidera à l'automne d'un processus de départage, malgré les réticences de la direction sur la primaire.

Ce processus de sélection, proposé au vote des militants lors du congrès, sera "alors engagé et ouvert à l'ensemble des militants et sympathisants de la droite et du centre". Il sera demandé à chaque candidat 250 parrainages --soit la moitié de ce qui est exigé pour un candidat à l'Elysée--, précise le communiqué.

"La victoire est à portée de main et nos électeurs ne nous pardonneraient pas la division", a souligné devant la presse Christian Jacob, qui rencontrera Xavier Bertrand, autre ex-LR, mercredi matin au Sénat.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.