Christophe Castaner va être auditionné par la délégation parlementaire au renseignement

Christophe Castaner va être auditionné par la délégation parlementaire au renseignement
Christophe Castaner à l'Assemblée nationale, le 1er octobre 2019.

publié le dimanche 06 octobre 2019 à 15h35

Dans le viseur de l'opposition, en particulier la droite et l'extrême droite, qui réclame sa démission, le ministre de l'Intérieur va être auditionné par la délégation parlementaire au renseignement, à la suite de sa réaction à la tuerie de la préfecture de police de Paris.

L'opposition réclame sa démission et une commission d'enquête parlementaire. Pour le moment, Christophe Castaner sera simplement auditionné devant la délégation parlementaire au renseignement.

Le ministre de l'Intérieur, déjà très critiqué au sujet de sa gestion de la crise des gilets jaunes et de la mort de Steve Maia Caniço lors d'une opération de police à Nantes, se voit reprocher ses déclarations faites après la tuerie de la préfecture de police de Paris, qui a fait cinq morts, dont l'assaillant, jeudi 3 octobre.

Venu rendre hommage aux victimes, Christophe Castaner avait écarté la piste du terrorisme islamiste, affirmant que Mickaël Harpon, l'auteur de la tuerie, « n'avait jamais présenté de difficultés comportementales, ni le moindre signe d'alerte. »



Des propos démentis depuis par l'enquête menée par le parquet national antiterroriste, qui a fait état d'une radicalisation de l'agent et de ses contacts avec des personnes de la mouvance salafiste.

La délégation parlementaire au renseignement est composée de quatre députés et quatre sénateurs, et ses travaux sont couverts par le secret de la défense nationale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.