Christian Estrosi veut "un accord avec Emmanuel Macron" pour 2022

Christian Estrosi veut "un accord avec Emmanuel Macron" pour 2022
Le maire LR de Nice Christian Estrosi le 21 novembre 2019 à Nice.

, publié le mardi 01 septembre 2020 à 08h00

Pour le maire Les Républicains de Nice, l'entente est possible entre LREM et son parti si Emmanuel Macron reprend les engagements de la droite sur la "sécurité".

A deux ans du scrutin, la présidentielle de 2022 agite déjà Les Républicains. Alors que la question d'une primaire sera tranchée à l'été, le président du parti Christian Jacob a appelé la semaine dernière ses troupes à ne pas "griller les étapes" pour désigner son candidat.

Une consigne dont Christian Estrosi a fait fi, en appelant lundi 31 août son camp "un accord avec Emmanuel Macron" en vue de l'élection présidentielle. 




"A droite, nous avons connu des candidats qui s'imposaient naturellement comme Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, voire Édouard Balladur mais, aujourd'hui, il n'y en a pas", a déploré le maire LR des Nice lundi 31 août dans un entretien au Figaro, alors que plusieurs cadres des Républicains prennent leurs marques en vue de 2022 : Bruno Retailleau, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse ou encore François Baroin, qui doit clarifier ses intentions à l'automne. Mais pour l'édile, aucun d'entre eux ne rassemble suffisamment. "François a énormément de talent, tout comme Xavier Bertrand et Valérie Pécresse mais aucun d'entre eux ne s'impose naturellement. Et je ne crois pas qu'une primaire puisse régler le problème", a-t-il estimé. 



Ainsi, "pour ne pas gâcher tous les talents de la droite, passons un accord avec Emmanuel Macron pour qu'il soit notre candidat commun à la présidentielle et que ceux-ci puissent participer au redressement de notre pays", a expliqué a expliqué le président de l'agglomération Nice-Côte d'Azur. "Bien évidemment, il y a des conditions et cela doit se faire sur la base d'un projet commun", a-t-il développé. 

Pour lui, l'entente est possible entre LREM et LR si Emmanuel Macron reprend les engagements de la droite sur la "sécurité", l'appelant à "agir avec force pour établir l'autorité et l'ordre", et sur la "santé". "Pour moi, cette solution est le seul moyen de ne pas renoncer à nos valeurs et à nos idées", a-t-il insisté.

LR s'offusque, Attal tend la main

Une idée qui ne remporte pas l'adhésion au sein des Républicains. "Il est hors de question qu'Emmanuel Macron, ou même Édouard Philippe, soit notre candidat pour l'élection présidentielle", a fait savoir lundi soir sur BFMTV le député LR du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont. "Les propos de Christian Estrosi n'engagent que Christian Estrosi et n'engagent surtout pas Les Républicains".

Aurélien Pradié, le secrétaire général des Républicains, a dénoncé mardi l'appel "misérable" du maire de Nice, lui reprochant de "se vendre au plus offrant".


 "Je suis toujours satisfait quand des personnalités qui aujourd'hui ne font pas partie de la majorité, apportent leur soutien au président de la République, mais pour moi, l'important c'est de soutenir l'action qui est menée, la question de la présidentielle n'est pas à l'ordre du jour aujourd'hui", a de son côté réagi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal sur Franceinfo. "On tend la main à toutes les bonnes volontés, à tous ceux qui ont envie de nous aider", a-t-il ajouté. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.