Christelle Dubos, nouvelle secrétaire d'État, veut être "utile" aux côtés d'Agnès Buzyn

Christelle Dubos, nouvelle secrétaire d'État, veut être "utile" aux côtés d'Agnès Buzyn
Christelle Dubos, le 12 mai 2017 à Bordeaux.

AFP, publié le mardi 16 octobre 2018 à 19h18

Christelle Dubos, nommée mardi secrétaire d'État auprès de la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn, s'est dite "ravie" d'être "partie prenante d'un gouvernement qui porte de grandes ambitions en matière de santé et de solidarité".

"Beaucoup de chantiers ont été engagés" depuis le début du quinquennat, a souligné cette ancienne travailleuse sociale et députée LREM de Gironde, lors d'une brève allocution devant la presse, dans le hall du ministère de la Santé et des Solidarités.

"J'aurai à coeur de m'engager dans leur mise en oeuvre à vos côtés", a-t-elle dit à l'adresse de la ministre. "Mon seul objectif est d'être utile", a-t-elle ajouté, "je suis à ma tâche, j'y suis prête".

Mme Buzyn, qui souhaitait depuis plusieurs mois bénéficier d'un secrétariat d'État, s'est dite "très heureuse et rassurée" de pouvoir compter sur la présence de Mme Dubos, "vu l'ampleur de la tâche". Elle a notamment rappelé les grands dossiers de son ministère, comme les plans santé et pauvreté présentés récemment, mais aussi la réforme à venir des retraites ou le futur projet de loi bioéthique.

Mme Buzyn a précisé que Mme Dubos, une spécialiste de l'insertion sociale, n'avait pas d'attributions précises pour le moment. "Il faut laisser du temps au temps, je veux qu'elle s'empare de la totalité des sujets", a-t-elle dit, expliquant que "dans les semaines ou les mois qui viennent, des dossiers plus spécifiques pourront lui être confiés".

Mme Dubos avait expliqué plus tôt dans la journée à l'AFP qu'elle serait "particulièrement en charge du développement de la stratégie de lutte contre la pauvreté".

Son premier déplacement en tant que secrétaire d'État aura lieu mercredi. Elle accompagnera Mme Buzyn au rassemblement organisé par ATD Quart monde à 18H30 à Paris, au Trocadéro, pour la Journée mondiale du refus de la misère.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.