Chats : la drôle d'idée d'une députée à l'Assemblée

Chats : la drôle d'idée d'une députée à l'Assemblée©Wochit

6Medias, publié le jeudi 16 août 2018 à 14h30

Amoureuse des chats et défenseure de la cause animale, la députée LREM des Yvelines milite pour la zoothérapie et la présence de chats à l'Assemblée, mais aussi à l'Élysée.

Aurore Bergé a toujours vécu au milieu des chats, raconte-t-elle à Paris Match. Bébé, le premier mot qu'elle a prononcé fut le nom d'un des deux chats de la famille, Kitty.

Après avoir converti sa grand-mère aux félins domestiques, à 24 ans, la députée La République en marche des Yvelines en a adopté deux, comme 15% des propriétaires de chats en France, selon une enquête IPSOS de février. À la SPA, "Pistache et Baloo étaient dans la même cage, on n'a pas voulu les séparer", raconte-t-elle à Paris Match. Le premier avait été maltraité. Il est devenu "hyper câlin", assure-t-elle.



La souffrance animale, un des combats de la porte-parole du parti présidentiel. Dans le projet de loi agriculture et alimentation, Aurore Bergé s'est battue pour que soit interdit le broyage des poussins mâles et canetons femelles. "Inacceptable, selon elle, en 2018". Pourtant, ses collègues députés ont maintenu ces pratiques.

Déçue, la trentenaire a pu compter sur ses chats, qui ressentent sa douleur et celle des êtres humains plus généralement, selon elle. C'est pourquoi Aurore Bergé souhaite le développement des soins par les animaux dans les hôpitaux : la zoothérapie ou la médiation animale.

Elle milite aussi pour que les animaux puissent pénétrer dans le palais Bourbon, comme la députée Olivia Grégoire dont le chien s'est vu refuser l'accès à son bureau. "On est quelques-uns à militer pour la présence de chats, car il y a beaucoup trop de souris à l'Assemblée !", lance-t-elle, avant de renchérir : "Il faut un chat au palais" de l'Élysée aussi. Tous les présidents se sont affichés avec un chien depuis Pompidou alors que le chat est devenu l'animal préféré des Français.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU