Charlotte Girard et Manuel Bompard, le tandem de Mélenchon pour les Européennes

Charlotte Girard et Manuel Bompard, le tandem de Mélenchon pour les Européennes
Charlotte Girard et Manuel Bompard devraient conduire la liste de la France Insoumise aux Européennes.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mercredi 20 juin 2018 à 08h34

Piliers de La France insoumise, ils devraient conduire la liste du parti aux élections européennes de 2019.

Elle est en charge du programme politique, il tient les rênes de l'appareil. Charlotte Girard, Manuel Bompard : deux personnalités quasiment inconnues du grand public, mais deux rouages essentiels à la machinerie La France Insoumise (LFI). Et ce sont bien ces deux très proches de Jean-Luc Mélenchon qui devraient mener la prochaine bataille des Européennes. « C'est un tandem », insiste le politologue insoumis, et candidat lui-même, Thomas Guénolé.

Charlotte Girard a 43 ans, elle est maître de conférences en droit public à l'université de Paris-Nanterre. Manuel Bompard, 32 ans, est mathématicien dans une start-up spécialisée dans l'aéronautique près de Toulouse (Haute-Garonne). Charlotte Girard est la veuve de François Delapierre, décédé en 2015, que Mélenchon présentait comme son fils spirituel ; et si personne à LFI ne se risquera à dire que Bompard a pris sa place de bras droit auprès du député de Marseille, beaucoup y pensent. Tous les deux se sont vus refuser, par les urnes, leur entrée à l'Assemblée nationale en juin dernier. Ainsi privés des feux de la rampe - et des polémiques - qui entourent leurs camarades députés.

A LFI, Manuel Bompard joue le rôle du chef d'orchestre. Tout ou presque passe par lui. « Cartésien », « rassurant » qui dort « peu », dit-on côté Insoumis. « Un mec intelligent », mais « très froid », « un mur » juge-t-on au PCF. « Une rhétorique millimétrée, redoutable, mais sans le côté tribun de Mélenchon », détaille Sébastien Vincini, patron de la fédération PS de Haute-Garonne, qui l'a plusieurs fois croisé en plateau.

Avant de diriger la campagne de Mélenchon en 2017, Manuel Bompard avait déjà mené celle des Européennes de 2014 pour le patron des Insoumis. Il y a quelques mois, il confiait avoir « envie » de mener la bataille des Européennes, tout en jurant qu'il n'y aurait « pas de baston » avec « Charlotte ». Les divergences existent, mais on se garde de les exhiber. En coulisse, chacun fait pourtant valoir ses arguments.

Girard chargée d'éclaircir la stratégie des Insoumis

Charlotte Girard aussi nous a confié son « envie ». « C'est avant tout l'intérêt politique qui présidera à la décision », dit-elle. Cette ex-socialiste - encartée en 2002, partisane du non au référendum en 2005 - occupe un rôle majeur au sein de La France insoumise. Elle coordonnait le programme de la campagne et elle s'occupe actuellement de le faire évoluer.

Elle est aussi chargée de bâtir un programme européen et d'éclaircir la stratégie des Insoumis, dont les tentations souverainistes et eurosceptiques risquent de leur coûter nombre de voix à gauche. Mais pour mobiliser, le camp Mélenchon compte « jouer à fond le référendum contre Macron », explique Charlotte Girard, qui en interne, semble avoir le vent en poupe. Elle pourrait donc, au final, être tête de liste, avec Manuel Bompard en 2e position. Le comité électoral du mouvement en décidera.

« Charlotte Girard, c'est malin, parce que les autres partis cherchent une star, alors qu'il faut incarner le rapprochement avec les Français », juge Christine Revault d'Allonnes, eurodéputée socialiste.

Manuel Bompard ferait plus « homme d'appareil », estime un député du groupe. Les Insoumis espèrent en tout cas profiter du morcellement des candidatures à gauche (PS, Génération-s, EELV, PCF...) pour apparaître comme les principaux opposants à Macron sur le terrain électoral.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU