Champigny-sur-Marne : la droite appelle à la plus grande fermeté

Champigny-sur-Marne : la droite appelle à la plus grande fermeté
Marine Le Pen à Paris le 6 octobre 2020.

, publié le dimanche 11 octobre 2020 à 16h50

Scandalisés par l'attaque au mortier d'un commissariat, les politiques de droite réclament une réponse autoritaire et exemplaire au gouvernement.

"Scènes de guerre", "attaques en règle"... la droite et le Rassemblement national ont multiplié dimanche les appels à la fermeté après l'attaque samedi d'un commissariat de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), qui n'a pas fait de blessés.


"Soyons lucides, il ne s'agit pas de petite délinquance mais bien d'attaques en règle menées par des bandes organisées. L'éradication de ces bandes doit être une priorité pour l'Etat", a affirmé sur Twitter le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand, régulièrement cité pour représenter la droite en 2022.

"Ces scènes de guerre, littéralement, sont intolérables" et "il faut que le ministère de l'Intérieur renforce ses effectifs dans les quartiers les plus gangrénés par la grande criminalité", a affirmé sur BFMTV la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (Libres), autre potentielle candidate de droite, qui s'est rendue dans l'après-midi au commissariat visé.


"L'Etat doit créer un régime juridique d'exception pour ces quartiers devenus incontrôlables. Il faut y envoyer des brigades républicaines dotées des moyens pour boucler et sécuriser ces zones de non droit", a affirmé le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau, qui souhaite lui aussi représenter son camp en 2022.

Pour un retour des "peines planchers"

L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux a plaidé sur Europe 1 pour "des peines planchers pour le premier acte commis à l'égard des dépositaires de l'autorité publique", tandis que le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti réclamait "un couvre-feu garanti par l'armée".

Côté Rassemblement national, sa présidente Marine Le Pen a plaidé pour "un tour de vis absolument considérable sur la criminalité". Selon elle, il faut, pour cela, "renforcer le renseignement territorial, donner des instructions aux procureurs pour poursuivre systématiquement" et "que les étrangers coupables de délits ou de crimes soient renvoyés à l'issue de leur peine dans leur pays d'origine".


Le vice-président du RN Jordan Bardella a pour sa part appelé sur twitter à "remettre la France en ordre", tandis que l'eurodéputé RN Gilbert Collard a considéré que "la guerre civile est déjà là et l'on en est encore à faire des commentaires". Une quarantaine de personnes se sont attaquées samedi soir au commissariat de Champigny-sur-Marne avec des tirs de mortiers d'artifice, sans faire de blessés.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.