"Ceux qui jouent avec l'État de droit sont des irresponsables" : Eric Dupond-Moretti répond à Guillaume Peltier

"Ceux qui jouent avec l'État de droit sont des irresponsables" : Eric Dupond-Moretti répond à Guillaume Peltier
Le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, le 1er juin à l'Assemblée nationale.

publié le mardi 01 juin 2021 à 22h11

Le garde des Sceaux a estimé mardi que "toutes les digues (avaient) été rompues" après la proposition du N°2 des Républicains de rétablir une "Cour de sûreté".

En plus de faire des vagues au sein de son parti, les propos du N°2 des Républicains Guillaume Peltier sur le rétablissement d'une "Cour de sûreté" se sont invités à l'Assemblée nationale mardi 1er juin. Interrogé à ce sujet lors de la séance de questions au gouvernement, le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a vivement dénoncé ses déclarations. 




"L'État de droit, c'est notre bien le plus précieux.

L'État de droit distingue la démocratie de la tyrannie. Ceux qui jouent avec l'État de droit sont des pompiers incendies, et je le dis, des irresponsables", a réagi le garde des Sceaux. 

"On nous propose dans le cadre du débat parlementaire d'incarcérer automatiquement en détention provisoire... Fantastique. Qui dit mieux ? Ah on va dire mieux : 50 ans de réclusion criminelle rétroactivement applicable. Qui dit mieux ? Une automaticité, non plus de la détention provisoire, mais des peines automatiques qui interdiraient l'un des vôtres à un acquittement. Mais qui dit mieux ? Et cerise sur ce gâteau judiciaire, la Cour de sûreté de l'Etat sans possibilité d'interjecter l'appel", a-t-il ajouté, énumérant les propositions récentes de plusieurs élus de droite.

"Toutes les digues ont été rompues", a estimé l'ancien avocat. "Les principes que notre société civilisée a mis des millénaires à élaborer n'existent plus, la présomption d'innocence, le droit de faire examiner son affaire en appel, l'indépendance de la justice...", a-t-il déploré, avant de conclure : "L'État de droit, pour paraphraser le poète, c'est comme le bonheur, on sait ce qu'il représente quand il s'enfuit. Au secours!".

Dimanche 30 mai, dans l'émission Grand Jury de RTL-Le Figaro-LCI, Guillaume Peltier a proposé de créer une "justice d'exception" sans appel possible pour lutter contre le terrorisme. "L'idée est de crée une justice exceptionnelle, sans appel possible (...) si le Conseil constitutionnel s'y oppose, nous pourrons proposer ça par référendum au peuple français", a avancé le député LR, n'excluant pas de s'affranchir si besoin de la Cour européenne des droits de l'Homme. Une prise de position qui lui a valu un rappel à l'ordre du président des Républicains Christian Jacob mais également des autres ténors du parti de droite. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.