César, victime et grand absent du procès Dekhar

César, victime et grand absent du procès Dekhar

Le 18 novembre 2013, devant le siège de «Libération», rue Béranger à Paris.



A lire aussi

Libération, publié le mercredi 22 novembre 2017 à 16h52

Ce matin, César n'a pas réussi à franchir les grilles du palais de justice de Paris. Il n'a pas trouvé le courage de s'avancer jusqu'à la barre de la cour d'assises.

Trop de douleurs. Trop de nuits d'insomnie. Trop d'appréhension. Alors, il a simplement laissé une lettre à l'attention de ceux qui attendaient son récit. Un petit mot lu par le président : «Bonjour à tous, je tiens d'abord à m'excuser de mon absence, j'ai tout fait pour me convaincre de venir mais c'est au-dessus de mes forces.» Cela fait quatre ans qu'il «lutte pour e reconstruire», vit avec ses «cicatrices» et ses «visions d'angoisse». Il se justifie : «Me retrouver dans cette atmosphère avec l'homme qui a failli arrêter ma vie, me tétanise.» Au cours de la lecture, Abdelhakim Dekhar se tient…

Lire la suite sur Libération

 
0 commentaire - César, victime et grand absent du procès Dekhar
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]