Ces conseillers et députés LREM prêts à sacrifier leur couple pour Emmanuel Macron

Ces conseillers et députés LREM prêts à sacrifier leur couple pour Emmanuel Macron
Les conseillers du président Emmanuel Macron à l'Élysée le 14 mai 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 20 décembre 2017 à 13h30

Emmanuel Macron en demande-t-il trop à ses conseillers ? Selon L'Opinion, les plus proches collaborateurs du président "sacrifient leur vie sentimentale ou familiale pour se mettre au service du chef".

Le quotidien décrit des conseillers "mobilisables et corvéables à merci", vivant dans "une tension permanente" par rapport au chef de l'État. "Je sais que mon couple ne résistera pas à mon engagement auprès d'Emmanuel, mais c'est ainsi", a confié au journal l'un d'entre eux, qui s'est "résigné" lorsqu'il travaillait auprès d'Emmanuel Macron à Bercy.

Un autre proche conseiller, qui assure travailler 18 heures par jour depuis le 15 mai, a vu son couple se briser.

DES RIVALITÉS EXACERBÉES

"J'ai disparu de ma vie privée. C'est dur", expliquait le secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, au Parisien le mois dernier. "Je me suis effacé derrière une cause. Et cette cause, c'est lui". "Tout tourne autour de la personne d'Emmanuel Macron", confirme L'Opinion, qui ajoute que le "boss" se montre particulièrement exigeant : "Ils travaillent pour une seule personne, cela exacerbe les rivalités", décrit également un visiteur du Président.



Selon le quotidien, les députés seraient également touchés, plus particulièrement les élus de province obligés de diviser leur semaine entre Paris et leur circonscription. "Je demande des sacrifices à mon entourage", confie le député LREM de l'Isère, Olivier Véran. "Les vacances familiales de la Toussaint, c'était sans moi. Et à Noël, j'ai encore la tête dans le budget".

"À Noël, il va y avoir beaucoup d'ultimatums familiaux, genre 'si tu y retournes, je te quitte'", ajoute le député LREM de Villeurbanne, Bruno Bonnell. "On va avoir des surprises en janvier. Il y a un conflit entre la vie familiale et la politique telle qu'elle est conçue aujourd'hui".

L'Opinion évoque des démissions dans l'entourage de plusieurs jeunes ministres. "Il y a un risque de burn-out général", constate un conseiller politique ministériel.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU