Castaner veut supprimer la protection à vie des anciens ministres de l'Intérieur

Castaner veut supprimer la protection à vie des anciens ministres de l'Intérieur
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, à Paris le 16 octobre 2018

Orange avec AFP, publié le dimanche 21 octobre 2018 à 16h30

Mesure symbolique, Christophe Castaner veut "mettre un terme" à "la protection à vie des anciens ministres de l'Intérieur" et la ramener à cinq ans après la fin de leurs fonctions.

Tout juste nommé, Christophe Castaner veut imprimer son style. Le nouveau ministre de l'Intérieur a dévoilé sa feuille de route dans une interview publiée dimanche 21 octobre par le Journal du Dimanche.

À cette occasion, il a évoqué sa volonté de mettre en place "rapidement" une "réforme symbolique" : la suppression des protections à vie des anciens ministre de l'Intérieur. "La protection cesserait cinq ans après la fin des fonctions, sauf bien sûr si une menace persistait. Je consulterai ces prochaines semaines mes prédécesseurs", a-t-il déclaré.

À l'heure actuelle, tout ancien ministre de l'Intérieur, quelle que soit la durée de son passage à la place Beauvau, bénéficie d'une protection rapprochée. Celle-ci est assurée par quatre officiers de sécurité issus des 1.260 agents du Service de la protection (SDLP), note Le Parisien. Ces personnes sont à la disposition de l'intéressé 24 heures sur 24.

Avec cette réforme, des économies sont à prévoir car la protection d'une personnalité coûte environ 71.000 euros par an et par fonctionnaire. L'ancien secrétaire général de La République en Marche y voit aussi un geste fait en direction des policiers, agacés par les tâches indues. Ces dernières années, les fonctionnaires de police ont souvent exprimé leur grogne concernant des missions de surveillance et des formalités administratives qui leur sont assignées, alors qu'il ne s'agit pas de leur cœur de métier.



Dans son interview, Christophe Castaner adresse d'autres signes à ses troupes, en rappelant notamment la hausse de 3,5% du budget de son ministère.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.