Carburant et énergie: les contre-propositions des partis d'opposition

Chargement en cours
Les principaux partis d'opposition avancent des propositions alternatives à la hausse des taxes sur les carburants maintenue mercredi par le gouvernement
Les principaux partis d'opposition avancent des propositions alternatives à la hausse des taxes sur les carburants maintenue mercredi par le gouvernement
1/4
© AFP, GUILLAUME SOUVANT

AFP, publié le mercredi 14 novembre 2018 à 13h45

Organiser une "conférence nationale sur le financement de la transition écologique", créer un chèque-carburant, taxer le kérosène, mettre le paquet sur l'hydrogène: les principaux partis d'opposition avancent des propositions alternatives à la hausse des taxes sur les carburants maintenue mercredi par le gouvernement.

Les Républicains:

 - Mécanisme, porté par les sénateurs LR, de "neutralisation" de l'augmentation de la TVA liée à la hausse du prix du baril.

 - Chèque carburant de 100 euros distribué à "13 millions de Français de province" qui n'ont "pas accès aux transports en commun" (mesure portée par Guillaume Peltier et Damien Abad et qui ne fait pas l'unanimité chez les Républicains). "Il faut le faire sur le modèle du chèque restaurant, c'est-à-dire totalement défiscalisé", comme en Allemagne, précise Laurent Wauquiez.

- Basculer sur l'énergie hydrogène qui permet une autonomie par rapport aux batteries électriques beaucoup plus importante.

- Favoriser les circuits de proximité et les produits locaux, à travers des centrales d'achat.

Parti socialiste:

- Organisation d'une conférence nationale sur le financement de la transition écologique associant l'ensemble des composantes économiques, sociales et politiques du pays.

- Augmentation et élargissement du chèque énergie, complété par une composante carburant.

- Rétablissement de l'APL destinée aux accédants à la propriété modestes, doublement des aides aux ménages pour isoler leur logement et ainsi réduire leur facture de chauffage de 50 %.

- Accroissement des services de transports à la demande et des plateformes gratuites de covoiturage pour les déplacements domicile/travail quotidiens, maintien des petites lignes ferroviaires, augmentation des moyens donnés aux transports collectifs.

Parti communiste:

- Taxer le kérosène, qui ne l'est pas aujourd'hui en France, contrairement à d'autres pays

- Taxer Total et ses 10 milliards de profits annuels

- Cesser der fermer des petites lignes de train

- Revenir à la TVA 5,5% sur les transports en commun

- Créer un "ISF écologique" avec une augmentation massive du malus écologique sur les grosses voitures neuves polluantes (4x4, SUV).

La France insoumise:

- Abrogation de la niche fiscale sur le kérosène.

- Abrogation du remboursement de TICPE sur le transport routier et sur le gazole non routier (sauf agriculteurs).

- Abrogation du taux réduit de taxe sur les consommations du gaz et du charbon en faveur des entreprises intensives en énergie.

- Taxe sur les polluants.

- Création d'une contribution carbone sur le transport de marchandises et instauration d'une taxe kilométrique aux frontières de la France.

EELV:

- Fiscalisation du kérosène​. C'est d'ores et déjà possible pour les vols intérieurs. Il faut également l'obtenir au moins au niveau européen pour les vols internationaux en révisant la convention internationale de Chicago qui date de 1944.

- Fiscalisation du fioul lourd pour les porte-containers et les bateaux de croisière.

- ​Utilisation de 100% des recettes de la fiscalité ​carbone pour la transition énergétique.

- Aaccompagnement des plus fragiles pendant la période de transition par des chèques énergies sur critères géographiques et sociaux.

- Désinvestissement carbone en stoppant les investissements dans l'extraction des ressources fossiles et en les réorientant vers les économies d'énergie et le renouvelable.

UDI:

- Instaurer une fiscalité verte, dans la logique du bonus-malus entre activités écologiquement nocives et activités écologiquement responsables. Instaurer une fiscalité dédiée en autorisant la mise en place des écotaxes régionales, en supprimant le différentiel de taxation entre l'essence et le gazole, en prévoyant une montée en puissance progressive de la taxe carbone ; en développant le modèle économique du péage lorsque les infrastructures de transport permettent le franchissement de barrières naturelles.

- Redonner la priorité aux grands projets d'infrastructures de transport, investir massivement dans la recherche et le développement des mobilités non polluantes (électriques, hydrogène, etc...).

- Développer une nouvelle stratégie en faveur du ferroutage.

Rassemblement national:

- Changer de modèle économique en cessant le libre-échange et la concurrence déloyale. 

- Arrêter d'importer des produits de Chine, "pays le plus pollueur de la planète".

- Réduire la circulation des cargos.

- Favoriser les circuits courts et l'hydrogène pour les voitures.

Debout La France

- Remplacer les 10 millions de véhicules les plus énergivores en 10 ans, par le biais d'un bonus pour l'acquisition d'un véhicule consommant moins de 3 litres/100 km.

- Accélérer la mise en place de bornes de recharge rapide pour les voitures électriques.

- Encourager les intercommunalités à privilégier les transports propres (Hybrides, GNL, électriques, etc.).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.