Caractère

Libération, publié le mercredi 16 mai 2018 à 20h56

En 1995, alors qu'il bâtissait un des groupes les plus puissants du pays, Matra-Hachette, improbable fusion des armes, des médias et de l'édition, Jean-Luc Lagardère se confiait ainsi : «Louis XIV voulait que son dauphin fasse mieux que lui. Moi, je veux que mon fils élargisse ce que j'ai fait.

[...] Il faut du caractère pour diriger un groupe, surtout par mauvais temps. Moi, j'ai du caractère. Une chose dont je suis sûr à propos de mon fils, c'est qu'il en a aussi.» Pas modeste, donc, le paternel, mais pas très clairvoyant non plus. Par bon ou mauvais temps, Arnaud Lagardère a très peu fait preuve de caractère. Pire, même, par désintérêt ou incompétence, il a dilapidé l'héritage légué par son père. De l'empire, il ne reste que quelques miettes, croustillantes

Lire la suite sur Libération

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.