"C'est du pipi de chat" : quand Emmanuel Macron critique le travail de ses ministres

"C'est du pipi de chat" : quand Emmanuel Macron critique le travail de ses ministres
Emmanuel Macron à Orléans le 27 juillet 2017.

Orange avec AFP, publié le lundi 31 juillet 2017 à 16h29

Après une séquence politiquement difficile, Emmanuel Macron doit recadrer ses troupes. Affaires autour de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, baisse des aides au logement, couac du groupe de la majorité présidentielle à l'Assemblée nationale, le président veut reprendre la main avant la pause estivale.

Emmanuel Macron n'aurait pas hésité à critiquer le manque de travail de certains de ses collaborateurs lors du Conseil des ministres du 12 juillet 2017, rapporte Le Figaro lundi 31 juillet. "C'est du pipi de chat, ce qui me remonte actuellement dans certaines de vos notes", aurait lâché Emmanuel Macron. "Ne vous laissez pas enfermer dans le confort des documents rédigés par vos administrations. Certes, cela peut vous paraître sympathique et confortable de vous placer entre leurs mains. Mais vous verrez, dans six mois, si vous continuez, vous aurez disparu", aurait menacé le président de la République. Le Figaro ne précise quels ministres étaient visés par cette mise au point musclée.



Le cas des députés de la République en marche inquiète aussi à l'Elysée. Les nombreux dysfonctionnements épinglés par l'opposition lors de l'examen de la loi sur la moralisation de la vie publique a laissé des traces dans l'opinion. Toujours selon Le Figaro, Emmanuel Macron aurait demandé au président du groupe majoritaire Richard Ferrand de "renforcer la formation des nouveaux parlementaires". Certains vice-présidents devraient par ailleurs être remplacés, trop "dépassés par la technicité de la conduite des débats et par les manœuvres de l'opposition", détaille Le Figaro.

Selon le baromètre Ipsos publié pour Le Point mercredi 26 juillet, la cote de popularité d'Emmanuel Macron a perdu trois points en un moins, ne recueillant plus que 42% de jugements positifs.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.