Bure: "L'Etat reviendra autant de fois qu'il sera nécessaire" selon Lecornu

Bure: "L'Etat reviendra autant de fois qu'il sera nécessaire" selon Lecornu

Le secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, à Bar-Le-Duc (Meuse)

AFP, publié le jeudi 22 février 2018 à 16h47

Le secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Sébastien Lecornu, a assuré jeudi que "l'Etat reviendra pour maintenir l'ordre et faire respecter la loi autant de fois qu'il sera nécessaire" dans le bois Lejuc, épicentre de la lutte contre le projet d'enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse).

L'évacuation du bois Lejuc, menée à l'aube par 500 gendarmes, avait pour objectif d'"empêcher la constitution d'une ZAD (zone à défendre, NDLR), c'est-à-dire de constructions en dur", a précisé M. Lecornu lors d'un point de presse à la préfecture de Bar-le-Duc.

Le secrétaire d'Etat effectue un déplacement jeudi et vendredi en Meuse consacré au projet d'enfouissement des déchets nucléaires Cigéo. Il doit rencontrer les acteurs économiques, les élus et les associations opposées au projet vendredi. 

"L'Etat est revenu dans le dossier Cigéo, il est revenu dans le volet de la concertation et dans le volet de l'ordre public et l'application des décisions judiciaires", a-t-il assuré. 

"Le gouvernement a rétabli l'ordre pour que la concertation qui dure depuis 1990 puisse reprendre", a dit M. Lecornu.

L'évacuation du bois Lejuc permettra également à l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) "de se conformer à ses obligations légales" et de remettre en état le site, comme l'y oblige une décision judiciaire, a précisé le secrétaire d'Etat.

"Un dispositif de sécurisation adapté, dans la durée, proportionné pour prévenir les risques de troubles à l'ordre public, sécuriser l'ensemble du secteur et rassurer les populations" sera maintenu dans le bois Lejuc, a précisé la préfète de la Meuse, Muriel Nguyen. 

Deux personnes sont toujours dans une cabane perchée dans un arbre dans le bois Lejuc et "nous prendrons le temps qu'il faudra pour que l'ensemble des occupants restant dans le bois en sortent dans le calme et sans violence", a-t-elle dit.

Une personne, qui a déclenché un incendie au moment de l'évacuation du bois Lejuc, a été interpellée et quatre personnes ont été arrêtées lors d'une perquisition à la "Maison de résistance" dans le cadre d'une enquête de flagrance pour des dégradations jeudi matin à Bure.

"Comme dans tous les dossiers sensibles depuis maintenant plus de huit mois, le gouvernement poursuit la même méthode faite de dialogue avec l'ensemble des parties prenantes et de fermeté avec ceux qui se sont eux-mêmes exclus en ne respectant pas les principes de l'Etat de droit", a dit M. Lecornu.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
26 commentaires - Bure: "L'Etat reviendra autant de fois qu'il sera nécessaire" selon Lecornu
  • Alors il va falloir se remettre à l'ouvrage car ce n'est pas fini. Et quand le coût de ses opérations tant financier qu'en terme d'image deviendra prohibitif cela passera comme à NddL Les Zadistes n'ont rien à perdre et contrairement à ce que l'on veut nous faire croire bénéficient d'un bon soutient dans l'opinion. Il faudrait lancer une pétition du genre 'qui veut des déchets nucléaires dans sa commune"

  • Autant de fois qu'il le faudra ! Le problème est que des ZAD en France il y en a beaucoup et que a chaque fois les déloger coute très cher , lorsque les forces de l'ordre sont reparties , ils reviennent en catimini aidés par des sympatisants du coin et tout est a recommencer . Pas sur dans ces conditions que l'état soit le plus fort .

  • Secrétaire d'Etat à la transition écologique, c'est son job. Quelle transition ? Quelle écologie ? Mystère.

  • pourquoi autant de fois qu'il le faut
    supprimons leur les allocs

  • Ne pas oublier que si Macron a abandonné NNDL c'est que la construction du chantier aurait mobilisé en permanence, donc pendant quelques années plus de 3000 CRS ou mobiles (on parle de 3600).
    Bure en demandera peut être moins, mais dans le contexte Française d'insécurité, Vigipirate et autre, le gouvernement ne pourra pas "sécuriser" les lieux bien longtemps....
    Les élus politiques locaux dans un interview de ce jour ont informé qu'ils ne relâcheraient pas la pression et que ce n'était que le commencement de l'épreuve de force..