Budget 2018 : les petites villes demandent des clarifications au gouvernement

Budget 2018 : les petites villes demandent des clarifications au gouvernement

Olivier Dussopt (PS), président de l'Association des petites villes de France et député de l'Ardèche, lors d'un congrès des maires à Paris, le 20 novembre 2013

A lire aussi

AFP, publié le mardi 17 octobre 2017 à 13h01

Les petites villes ont exprimé mardi leur inquiétude sur plusieurs points du projet de budget 2018, qu'elles souhaitent voir corrigés, et dénoncé la "défiance" de l'exécutif vis-à-vis des collectivités, avant le débat au Parlement sur le projet de loi de finances.

"La relation entre l'Etat et les collectivités est difficile à caractériser en cette rentrée. Parler de défiance généralisée serait excessif, mais parler de confiance serait mensonger", a déclaré Olivier Dussopt (PS), président de l'Association des petites villes de France (APVF) lors d'un point de presse.

L'APVF entend lier la discussion du projet de loi de finances et le débat sur la loi de programmation pluriannuelle qui fixe le cap pour les collectivités à l'échelle du quinquennat.

Les 13 milliards d'euros de baisse des dépenses demandés par l'exécutif aux collectivités sur la durée du quinquennat "restent un effort extrêmement important", alors qu'elles ont déjà réalisé les économies qui leur étaient fixées lors du mandat précédent, a fait valoir M. Dussopt.

Il a regretté une approche "de défiance et même de discrimination" de l'Etat à l'égard des collectivités, "toujours considérées comme dépensières quand elles sont les seules à respecter les contraintes budgétaires".

Tout en saluant la stabilité de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) - principale contribution financière de l'Etat aux collectivités - dans le PLF 2018, l'ADF souhaite des clarifications notamment sur les mécanismes de dégrèvement et de compensation de la Taxe d'habitation, qui constitue actuellement l'une des principales ressources des communes.

"C'est un PLF qui ouvre des débats et des inquiétudes sur les années d'après", en particulier sur l'autonomie fiscale des collectivités, a souligné le président de l'APVF.

L'association fédère quelque 1.200 villes de 2.500 à 25.000 habitants en métropole et dans les Outre-mer.

dch/chr/nm

 
10 commentaires - Budget 2018 : les petites villes demandent des clarifications au gouvernement
  • c'est vrai que certains Maires ne comprendrons jamais

  • Les Français aussi demandes des clarifications.... Mais c'est vrai aussi qu'il faut éviter de parler :
    - Des sénateurs, qui se octroyés une CRDS et une CSG réduites....
    - Des députés, qui se sont exonérés d'augmentation de la CSG de 1,7 point soit 22%
    - Des régimes spéciaux,
    - De ceux qui partent à 50 ans et ceux qui partent à 65 ans,
    - De ceux qui partent avec 75% du salaire des 6 derniers mois, alors que d'autres partent avec 50 % du salaire moyen des 25 dernières années,
    - Des retraités de la SNCF dont le premier euro n'est pas financé autrement que par le privé,
    - Des députés européens qui ne paient pas un centime de CSG,
    - Des journalistes chouchoutés fiscalement
    Ceux qui ne paient rien et reçoivent tout.
    Et puis, il faut bien payer les RSA, CMU et tous les assistés venus d'ailleurs, alors tout est bon pour trouver des coupables.
    Au passage ils sont loin d'expliquer les 12 ou 17 milliards du trou de la sécu (dont ils ne connaissent pas le chiffre exact)

    Bon courage pour l'avenir.

    et vous oubliez le complément familial pour les fonctionnaires ,alors qu'ils touchent les allocs comme les autres

    effectivement mais à la limite c'est secondaire par rapport à la rémunération des députés et des sénateurs et dire que ces gens là votent pour l'augmentation de la CSG des retraités de 22% (+ 1,7 point) qui perçoivent 1200euros/mensuel de retraites !
    Pourquoi Macron n’a-t-il pas fait ce qu’il avait dit : à savoir réduire le nombre de parlementaires ??? Non il ne veut sans doute pas se mettre à dos cette caste dont il fait partie, qui s’est EXONEREE d’augmentation de CSG, appliquée sans états d'âme aux "aisés" qui perçoivent 1200euros/mensuel. Pourquoi les journalistes du plateau ne lui ont-ils pas posé la question ???

  • Pas d'llusions! elles n'en auront pas. Ils sont tous les deux "bornés", avec des députés "à leurs bottes".

    c'est le voeu pieu de Macron détruire tous ceux qui ne l'ont pas rejoints à la REM !!!!

  • finis les vacances , payer par les français !! et les coktails !!! la belle vie quoi !!!

    mais n'oubliez que vous continuerez à payer pour l'Etat.... qui ne se refuse rien sans oublier tous les comités Théodule qui seront créés...

  • lors des élections anticipées dans notre commune , la précédente municipalité comprenait le maire et 3 adjoints , l'actuelle : le maire et 6 adjoints , coût de cette modification : 600 euros par adjoint supplémentaire mensuel soit 1800 x 12 = 21.600 euros , et on nous parle d'économies !

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]