Bruno Le Maire : les pensions de réversion doivent être «plus justes et efficaces»

Bruno Le Maire : les pensions de réversion doivent être «plus justes et efficaces»
Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, ce dimanche au Grand Jury de RTL.

leparisien.fr, publié le dimanche 24 juin 2018 à 16h29

Le ministre de l'Économie a précisé les intentions du gouvernement sur ce dispositif qui concerne 4 millions de Français, dont 90 % sont des veuves.

Opération déminage. Le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a dit dimanche « accorder une importance majeure » aux pensions de réversion. « On ne reviendra pas dessus », a-t-il assuré. Mais il a souligné toutefois qu'elles doivent être revues pour être « plus justes et plus efficaces ».

Interrogé dans le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, le ministre a indiqué au passage que sa mère faisait partie des 4 millions de Français, dont 90% de veuves, qui sont concernées. « Quand vous êtes veuve, la vie est objectivement plus difficile », a souligné Bruno Le Maire, tout en expliquant que, comme la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, l'a dit, « on ne touchera pas aux pensions de réversion déjà versées, on ne va pas revenir sur ce qui est acquis ».

L'idée du gouvernement est, cependant, « d'avoir des pensions plus justes, qui aillent aux personnes qui en ont réellement le plus besoin » et que ces pensions « soient efficaces ».

Sans vouloir se prononcer sur un éventuel plafonnement de ces pensions et en renvoyant à Agnès Buzyn et aux discussions sur la réforme des retraites qu'elle prépare, le ministre des Finances a répété y être « très attaché » car « pour les veuves, au quotidien c'est très difficile ».

Des pensions réservées aux retraites «les plus faibles» ?

« Ce qui me choquerait c'est que les veuves n'aient pas les moyens de vivre dignement dans notre pays », a-t-il martelé en estimant que « cela n'interdit pas de revisiter le dispositif pour être plus efficace et plus juste », et qu'on pourrait imaginer «des pensions qui vont à ceux qui ont les niveaux de retraite les plus faibles ».

Dans le chapitre de la loi Pacte qui concerne l'épargne retraite, dont il espère qu'elle va se développer « massivement » dans les années à venir, il a expliqué avoir ajouté « une obligation de proposition de réversion pour l'épargne retraite ».

« Tout salarié qui aura un dispositif se verra obligatoirement proposer une option de réversion. Cela n'existait pas auparavant cela existera quand la loi Pacte sera adoptée », a-t-il relevé, en estimant que cela permettra « à ceux qui se retrouveront veuf ou veuves demain d'avoir davantage de retraite, et de pouvoir bénéficier d'une part de retraite de leur conjoint ».

Certaines personnes «vont pouvoir y gagner»

Pour l'une des porte-parole des députés LREM, Aurore Bergé, cette harmonisation des règles pourrait aussi permettre à certaines personnes « d'y gagner ».

Comme on lui demandait sur France 3 si des Français allaient y perdre, cette députée des Yvelines s'est exclamée: « Est-ce qu'on a le droit, dans ce pays, de se dire que, parfois, on remet à plat sans que tout de suite on ait une volée de bois vert en considérant qu'on va toucher à un sacro saint modèle social ».

« Quand vous remettez à plat un système, comme sur les aides sociales où vous dites qu'on va rechercher de l'efficacité parce qu'aujourd'hui en fonction des statuts, de l'âge, du sexe, vous ne touchez pas forcément la même chose, vous avez aussi des gens qui vont pouvoir y gagner », a-t-elle dit.

/

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU