Béziers : Robert Ménard s'en prend aux fumeurs de chicha

Béziers : Robert Ménard s'en prend aux fumeurs de chicha
Le maire de Béziers, Robert Ménard, le 9 mars 2018.

, publié le mardi 19 juin 2018 à 13h35

"Pour le bien-être et la santé de ses habitants", le maire de Béziers (Hérault), Robert Ménard, a diffusé un arrêté interdisant de fumer la chicha dans l'espace public jusqu'au 30 septembre 2018.

"Pas de chicha, chiche ?", a lancé le compte Twitter officiel de la Ville de Béziers le lundi 18 juin. "Pour le bien-être et la santé de ses habitants, la Ville de Béziers interdit désormais de fumer la "chicha" (ou narguilé) dans l'espace public en période estivale.

L'arrêté est valable depuis le 1er mai et court jusqu'au 30 septembre 2018.



"On a décidé de l'interdire à l'extérieur (...), près des écoles, des équipements sportifs et culturels", a expliqué Robert Ménard au Midi Libre qui avait repéré l'information. "Si on en croit les offices qui luttent contre le tabagisme, la chicha n'est pas vraiment une bonne chose pour la santé", a-t-il également justifié. La fumée d'une chicha délivrerait autant de monoxyde de carbone que 15 à 52 cigarettes et autant de goudron que 27 à 102 cigarettes, selon les chiffres avancés par la mairie.

"Ça renvoie une image de la ville dont on n'a pas envie"

L'élu a également expliqué au quotidien régional que la mesure permettait d'éviter les "rassemblements" qui "ne favorisent pas le vivre-ensemble". "On en a assez, ça renvoie une image de la ville dont on n'a pas envie", a ajouté le co-fondateur de Reporters sans frontières (RSF), précisant que d'autres communes comme Antibes (Alpes-Maritimes), Rungis (Val-de-Marne) ou Saint-Laurent-du-Var ont déjà pris cette décision.



L'élu, proche de l'extrême droite, argue d'ailleurs que ces attroupements "sont neuf fois sur dix problématiques".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.