Bertrand plaide pour un référendum sur la laïcité et l'immigration

Bertrand plaide pour un référendum sur la laïcité et l'immigration
Le président de la région des Hauts-de-France Xavier Bertrand à Crespin (Nord), le 4 décembre 2020

, publié le vendredi 04 décembre 2020 à 21h11

Xavier Bertrand, possible candidat de la droite à la présidentielle de 2022, appelle à "reprendre le contrôle" face à l'islamisme avec "une réforme de la Constitution par référendum" sur les thèmes de la laïcité et de l'immigration, dans une interview au Figaro mise en ligne vendredi.

"Depuis des années nous ne contrôlons plus la poussée de l'islamisme, l'insécurité dans certains quartiers, l'immigration irrégulière" affirme le président ex-LR de la région Hauts-de-France, pour qui "seul un référendum portant sur la laïcité, la protection des Français et l'immigration donne pleine légitimité pour agir en profondeur".

La laïcité  figure déjà dans la Constitution mais il est selon Xavier Bertrand "nécessaire (d'en) préciser le contenu et la portée" pour "contrer les poussées communautaristes".

Sur l'immigration, il estime que "la France a perdu le contrôle" et propose de "durcir" la politique avec "des quotas" annuels, ainsi que, pour les pays refusant de reprendre leurs ressortissants expulsés, la fin de l'aide au développement et des visas "y compris pour leurs dirigeants". 

"Je souhaite que toute personne qui entre sur le territoire, même en tant que demandeur d'asile, s'engage solennellement à respecter nos valeurs républicaines et nos lois, lors d'un entretien pratiqué par une personne de sexe opposé", ajoute-t-il.

A propos du projet de loi sur les séparatismes, examiné mercredi en conseil des ministres, Xavier Bertrand estime qu'il n'y a "pas de mesure suffisamment puissante dans ce texte pour éradiquer l'islamisme".

Pointant une "logique de conquête et de domination" des islamistes, il avertit: "Ce sera eux ou nous", car "pour eux, la France est un symbole à abattre".

"Nous pouvons gagner ce combat sans renoncer à l'État de droit mais le droit, s'il ne protège pas assez, doit être adapté avec naturellement des garde-fous", affirme-t-il.

Dans ce contexte, l'urgence est "de compléter notre arsenal législatif et réglementaire pour répondre aux situations concrètes", selon Xavier Bertrand, qui évoque entre autres "la poussée de l'islam politique en entreprise", les "candidatures communautaristes" aux élections ou encore "la question des financements étrangers" du Conseil français du culte musulman.

Xavier Bertrand, qui pourrait être un recours de la droite après que François Baroin a jeté l'éponge, ménage par ailleurs Gérald Darmanin, pour qui il a "toujours amitié et estime". "Un ministre de l'Intérieur ne remplace pas l'absence de convictions profondes d'Emmanuel Macron sur les questions de sécurité et d'immigration", assure-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.