Bernard Tapie accuse Bruno Le Maire : "Il ne me lâche pas (...) On me laisse crever"

Bernard Tapie accuse Bruno Le Maire : "Il ne me lâche pas (...) On me laisse crever"
Bernard Tapie le 10 juillet 2013 à Paris.

, publié le lundi 30 avril 2018 à 13h02

L'homme d'affaires Bernard Tapie s'insurge ce lundi contre "l'acharnement" que lui livrerait Bruno Le Maire, dans l'affaire Crédit Lyonnais.

Bernard Tapie charge Bruno Le Maire, dans une interview accordée à Nice Matin et Var matin, lundi 30 novembre.

Il dénonce "un acharnement" de la part du ministre de l'Économie et des finances, dans l'affaire du Crédit Lyonnais : "Il ne me lâche pas ! Pas un jour ! Il a même laissé le CDR (Consortium de réalisation ndlr) placé sous ses ordres tenter de me mettre en liquidation des biens alors que ça n'était pas recevable. Il a laissé insulter le tribunal qui avait refusé ma liquidation. C'est ça, la vérité. "

L'homme d'affaires, qui souffre d'un double cancer de l'estomac et de l'œsophage, va même plus loin. Selon lui, Bruno Le Maire "est très au courant de (s)a situation", et parfaitement lucide quant aux conséquences que cela a sur (s)a maladie". "On me laisse crever en accélérant des processus illégaux contre moi" tonne t-il.

Du "cinéma intégral"

François Hollande en prend également pour son grade : "Il s'est vengé de la campagne que j'ai menée contre lui à la présidentielle de 2012" balaie Bernard Tapie, qui souligne qu'après son élection, il a perdu toutes ses procédures "au tribunal de commerce, à la cour d'appel, au conseil d'État, au tribunal administratif".



Poursuivi par la justice française mais aussi belge, le propriétaire de l'Olympique de Marseille se défend, et balance : "C'est du cinéma intégral. Ce qui n'est pas du cinéma, c'est l'angoisse que ça génère."

Autre source d'angoisse : les résultats de ses traitements. Ils seront connus "fin juin". En attendant, Bernard Tapie enchaîne les séances de chimiothérapies. "Même si j'ai plein de raisons de ne pas y croire, j'y crois quand même." confie t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.