Bernard Cazeneuve craque et perd ses nerfs

Bernard Cazeneuve craque et perd ses nerfs

L'Opinion, publié le jeudi 16 juin 2016 à 09h33

Alors qu'il avait promis de répondre calmement et sans emprunter un « ton agressif », le ministre de l'Intérieur est sorti de ses gonds et a craqué s'énervant et évoquant des « polémiques minables » initiées par l'opposition.

" Vous comprendrez Monsieur le député que dans le contexte de respect que l'on doit à ceux qui ont perdu la vie et dans les circonstances, je ne veuille pas répondre à votre question en empruntant le ton polémique, inutilement agressif et qui contribue à l'abaissement de la parole publique dans un contexte où le pays a, au contraire, besoin de voir cette parole s'élever » a d'abord répondu le ministre avant d'élever la voix. « Les policiers de France vous diront qu'ils se souviennent que la majorité que vous souteniez avec un verbe moins haut que celui que vous venez d'utiliser, a supprimé 13 000 emplois en 5 ans dans les forces de sécurité » a-t-il lâché.

Et le ministre de l'Intérieur d'ajouter : « Les policiers de France vous diront qu'ils ne sont pas dupes de cela et ils vous diront que lorsque l'on est attaché à l'autorité de l'Etat, on ne supprime pas 13 000 emplois dans les forces de sécurité alors que le pays est gravement menacé ".



" Et quand on est honnête et quand on est responsable, et que les policiers se sont mis, comme hier devant l'hôpital Necker, pour protéger un hôpital, on leur rend hommage plutôt que d'engager des polémiques minables " a terminé Bernard Cazeneuve, visiblement excédé. Face à lui, plusieurs parlementaires se sentant mis en cause, tout aussi agacés que lui, brandissant le geste du zéro pointé, et secouant la tête. Ambiance !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.