Benalla: Le Drian dénonce l'"outrance" des propos de l'opposition

Benalla: Le Drian dénonce l'"outrance" des propos de l'opposition
Jean-Yves Le Drian, photo du 27 juillet 2018

AFP, publié le mercredi 01 août 2018 à 10h35

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a déploré mercredi l'"outrance" des propos tenus la veille par l'opposition à l'Assemblée nationale lors de l'examen de la première motion de censure du gouvernement sur l'affaire Benalla, qui a été rejetée.

"L'outrance des propos tenus disqualifie un peu l'opposition. Elle a joué son rôle mais avec beaucoup d'exagération et avec beaucoup d'outrance", a-t-il commenté sur France Info, tout en estimant que "les comportements de Benalla sont tout à fait condamnables".

"Quand on entend parler de destitution du chef de l'Etat par M. (André) Chassaigne (président des communistes à l'Assemblée, ndr), quand on entend parler de police parallèle et de privatisation de la police par un ou deux individus, on est dans l'outrance, on est dans l'excès", a-t-il regretté.

"J'ai entendu aussi +la République est en danger+. Moi qui suis ministre des Affaires Etrangères, qui vais partout dans le monde, qui constate des démocraties en péril, des agressions terroristes, des dictatures, quand on me dit ici en France que la République est en danger, c'est une affaire d'Etat, évidemment les bras m'en tombent. Il faut raison garder", a-t-il poursuivi.

"Je constate que la démocratie, les institutions ont fonctionné. La presse a fait son travail, les commissions d'enquête sont en cours, l'opposition a joué son rôle, il est normal que l'opposition contrôle l'exécutif, la justice remplit son rôle", a déclaré M. Le Drian. "Je considère que la sérénité doit maintenant s'imposer".

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU