Bayrou relance l'idée d'un "grand mouvement politique central"

Bayrou relance l'idée d'un "grand mouvement politique central"
Le président du Modem François Bayrou en septembre 2020 à Paris

publié le samedi 04 septembre 2021 à 11h47

Le président du MoDem François Bayrou a relancé samedi dans un entretien au Figaro l'idée d'un "grand mouvement politique central" en vue de l'élection présidentielle, soulignant qu'il n'y avait "pas de divergence idéologique" entre son parti et La République en marche.

"Seul un mouvement unitaire et large, à vocation populaire, pourra rassembler, accueillir, et nous permettre de nous enraciner", plaide M. Bayrou.

Appelant les "forces" du "grand courant central" à "se souder", le patron du MoDem exhorte à "faire un pas décisif vers l'unité" à l'approche de l'élection présidentielle de 2022.

"C'est d'autant plus nécessaire qu'entre ces organisations qui soutiennent le président de la République, en particulier LREM et le MoDem, il n'y a pas de divergence idéologique. Il y a seulement une histoire différente", relève M. Bayrou.

Cette sortie du patron du MoDem ravive l'espoir au sein de la majorité de fonder une "maison commune", abritant les différents partenaires. 

Cette idée serpente depuis deux ans sans trouver de concrétisation opérationnelle, entravée notamment lors des municipales de 2020 par des objectifs électoraux parfois discordants.

Dans cette nouvelle structure, chaque parti garderait sa marque et ses "sensibilités" mais afficherait "son appartenance au même ensemble", explique M. Bayrou. "Une structure simple, populaire, à laquelle les Français pourront adhérer sans avoir à se demander à quelle chapelle ils devront appartenir", poursuit-il.

"Mais je n'ai jamais été pour unification qui efface les identités", insiste-t-il, tout en se prononçant contre la création d'un groupe parlementaire commun à l'Assemblée.

Les différentes universités de rentrée - à Guidel (Morbihan) pour le MoDem le week-end du 25 septembre; à Avignon pour La République en marche le week-end du 2 octobre - pourraient permettre d'accélérer sur les projets de rapprochement, à huit mois de la présidentielle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.