Banlieues : Jean-Louis Borloo présente son plan

Banlieues : Jean-Louis Borloo présente son plan
Jean-Louis Borloo va remettre son rapport sur les banlieues françaises ce jeudi au Premier ministre. Les élus attendent beaucoup de son travail.
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mercredi 25 avril 2018 à 22h04

Attendues depuis des semaines, les propositions de l'ancien ministre de la Ville, sont remises au Premier ministre, ce matin, faute d'avoir pu l'être au président.

Cela finissait par être l'Arlésienne... Mais nous y sommes. Jean-Louis Borloo va présenter, ce jeudi, son plan pour les banlieues. L'ex-ministre de la Ville remettra son rapport à Édouard Philippe, et non à Emmanuel Macron comme prévu. Question d'agenda, avance-t-on. Or, il y avait urgence. Difficile de jouer plus longtemps avec les nerfs des élus et associatifs de banlieue.

Cette remise se devait d'être « rapide », admet l'Élysée. Une « attention » d'autant plus nécessaire que le collectif de l'appel Grigny tient un rassemblement à Paris cet après-midi. « On allait avoir des élus disant : On travaille depuis six mois et il n'y a rien », décrypte l'un des organisateurs.

Des maires forts marris par les coupes budgétaires de cet été, animés du désagréable sentiment que la Politique de la ville - jamais évoquée lors de ses récentes interviews par Emmanuel Macron - passe sous les radars. Et qui oscillent entre expectative et inquiétude. « Le 15 mars, il y a eu la rencontre avec Lucrèce et depuis on attend », balance l'un d'eux. La rencontre avec Lucrèce ? Référence grinçante à la réunion fiasco tenue sous la houlette de Jacques Mézard, et en présence de son chien qui aboyait, provoquant l'ire et les pires craintes de ses interlocuteurs.

Un «général Patton» pour porter le projet

Borloo n'ignore rien de la pression qui pèse sur lui. Son plan suscite tant d'espoirs chez des élus, pour beaucoup à bout. Lui veut en premier lieu « déconstruire le discours ambiant », celui des « petits hommes en gris de Bercy », qui revient à dire : « On a déversé un argent fou dans les quartiers. La Politique de la ville, ça ne sert à rien. » Il faut, estime-t-il, « recréer une épopée », faire des banlieues un sujet à nouveau « à la mode ».

Pour le porter, Borloo veut « un général Patton », épaulé par une équipe musclée. Car les élus déplorent de ne pas avoir de ministre dédié. D'autant que ni Jacques Mézard, ni Julien Denormandie, ne sont des spécialistes de ces questions. En coulisses, le nom de l'ancien préfet Jean-François Carenco, revient avec insistance.

Quant au contenu... « C'est un plan très pragmatique », assure un ami de Borloo. Faire des quartiers l'avant-garde de la France digitale, créer une grande école : l'académie des jeunes leaders pour former une élite des banlieues, sont autant de pistes... Borloo estime de surcroît qu'il faut « encore investir 48 milliards d'euros dans la qualité urbaine. » Un chiffre qui fait tousser en haut lieu.

Quel avenir pour le rapport ?

Reste cette question cruciale : comment l'exécutif se saisira de ces propositions. Un marcheur de la première heure le reconnaît : la candidature d'Emmanuel Macron avait créé « une grosse attente » dans les banlieues, mais « après, ça n'a jamais vraiment bougé », en dehors de la Police de sécurité du quotidien, des emplois francs ou du dédoublement des classes de CP ». « Le sujet est explosif et insuffisamment haut dans l'agenda », poursuit le même.

« Il est clair que l'inquiétude a été entendue. On arrive à l'aboutissement de plusieurs mois de travail », fait valoir l'Élysée, tandis que le Premier ministre assure que le rapport ne finira pas dans « un tiroir ». De là à le reprendre dans son intégralité... « Il s'agit de préconisations », tempère par avance une source gouvernementale. La parole reviendra au chef de l'État, Emmanuel Macron, qui a vu Borloo au début du mois. Et qui dira ce qu'il retient de ses travaux lors d'un discours, fin mai, début juin. Sûr que d'ici là, les élus resteront l'arme au pied.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.