Baisse des aides au logement : "C'était une connerie sans nom", lâche Macron

Baisse des aides au logement : "C'était une connerie sans nom", lâche Macron
Emmanuel Macron lors d'un discours à Orléans, le 27 juillet 2017

Orange avec AFP, publié le mercredi 02 août 2017 à 09h30

Le président tape du poing sur la table. Après les prises de bec en public au sujet du coup de rabot sur les aides au logement, Emmanuel Macron n'a pas manqué de recadrer les dirigeants de la majorité, selon une révélation du Canard enchaîné.



Le chef n'a visiblement pas apprécié la prise d'initiative. Dans son édition du mercredi 2 août, le Canard enchaîné fait part de la colère du président de la République contre ses disciples. Si la baisse des aides au logement était bien une idée de l'Élysée, Emmanuel Macron ne s'attendait pas aux débats et altercations sur la scène médiatique qui ont suivi. Furieux, le chef de l'État a convoqué les ténors de La République en Marche le 26 juillet et n'a pas mâché ses mots. "C'était une connerie sans nom", a-t-il lancé durant cette séance de recadrage. "Pas la peine de se retrouver dans débats complètement dingues qui n'ont fait l'objet d'aucun engagement."

Face à lui se trouvaient François de Rugy, président de l'Assemblée, François Patriat, président du groupe LREM au Sénat, Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement et de Richard Ferrand, à la tête du groupe LREM de l'Assemblée. À noter l'absence d'Edouard Philippe, absence déplorée par Emmanuel Macron. Ce dernier a donc demandé à ses équipes de "s'en tenir à ce qu'on avait dit durant la campagne", selon les propos du Canard enchaîné. À compter d'octobre, les allocations d'aide au logement seront amputées de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires. La mesure, critiquée par l'aile gauche ainsi que par de nombreuses associations, a suscité une vive polémique. "Cinq euros, c'est une somme qui permet de se nourrir pendant quelques jours pour beaucoup de personnes", avait dénoncé le député de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière, en pleine séance parlementaire, le 26 juillet. L'élu avait alors déballé des denrées alimentaires sur son pupitre. "J'ai fait les courses ce matin, elles sont là", a-t-il lâché, devant des paquets de nouilles, de riz, boîtes de conserve et sachets de pain de mie entassés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
55 commentaires - Baisse des aides au logement : "C'était une connerie sans nom", lâche Macron
  • Ah une information du 2 aout le 5 septembre , il y a du tri a faire ?

  • avatar
    ptitgibus  (privé) -

    L'augmentation de la CSG n'est-ce pas aussi une connerie sans nom ?

  • Plus facile de prendre aux pauvres ,que de prendre aux riches !!

  • ça c''est certain, c'est une connerie sans nom

  • Les aides il en faut car certains le méritent. Pour des raisons qui m'échappent, quelquefois à un euro prés, d'autres y verraient leur quotidien amélioré! Mais combien d'ayants droits peuvent justifier du bon emploi des aides qui leurs sont accordées?
    Prime de rentée scolaire équivaut dans bien des cas avec changement du dernier I-Phone ou de l'écran plat.
    Il faut que les membres du gouvernement, jusqu'à la plus petite entité, justifie le moindre euro dépensé (le mien et le votre, via les impôts). C'est chose normale quand on est l'élu du peuple.
    Mais que ceux qui bénéficient d'aides justifient également du moindre euro dépensé (le mien et le votre, via les impôts) et que l'état s'assure du bon emploi des sommes versées. Mais là plus de transparence!