"Avec Macron, ça risque de très mal finir", estime Nicolas Sarkozy

"Avec Macron, ça risque de très mal finir", estime Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy le 19 septembre 2018 à Paris.

Orange avec AFP, publié le lundi 24 septembre 2018 à 11h20

L'ancien chef de l'État déplore qu'Emmanuel Macron soit "entouré de gens inexpérimentés", révèle Le Figaro.

Dans les colonnes du Figaro, Nicolas Sarkozy l'assure : "La politique, c'est terminé". Pour autant, l'ex-président de la République a toujours un avis bien tranché sur l'actualité politique, dévoile l'enquête du quotidien publié dimanche 23 septembre.



"La politique, c'est la vie mais ce n'est pas ce que vous croyez", avance Nicolas Sarkozy qui s'intéresse notamment à l'actualité internationale. Il s'inquiète de voir "l'Occident en danger" au profit de l'Est, estimant qu'à "force de le délaisser, Poutine se tourne vers la Chine". Il s'insurge également du Brexit, jugeant "scandaleux qu'on ait laissé partir les Anglais". Mais encore une fois, ce n'est pas ce qui le fera revenir sur le devant de la scène politique. Il a refusé en juin dernier la proposition du président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez de se porter candidat à la présidence de la Commission européenne.



"Pourquoi voulez-vous que je rompe avec une partie de ma vie et de mes amis ?"

L'ancien maire de Neuilly préfère opérer en coulisses. Dans ses bureaux parisiens de la rue de Miromesnil, il reçoit des "anciens ministres, ex-conseillers, maires et députés, conseillers régionaux et sénateurs, ténors de la droite" et même le président du Sénat Gérard Larcher, révèle Le Figaro. S'agit-il, comme l'espère un fidèle soutien, "d'entretenir ses soutiens et de s'assurer qu'au-delà d'une envie personnelle de peser, il serait soutenu. Si jamais... dans des circonstances exceptionnelles, il y avait une demande"? "Vous ne pouvez pas avoir consacré autant d'énergie à la politique et ne pas vous tenir au courant", réplique un proche, assurant qu'il ne s'agit en aucun cas d'une stratégie de reconquête.

"J'ai tellement aimé la politique, ça m'a donné tant de satisfaction. Ça a été une partie de ma vie. Pourquoi voulez-vous que je rompe avec une partie de ma vie et de mes amis ? Les sentiments, ça existe", explique de son côté Nicolas Sarkozy à l'issue d'un déjeuner entre élus LR, avec notamment le maire de la cité phocéenne Jean-Claude Gaudin et le président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Renaud Muselier. "C'est de ne pas voir mes amis qui serait suspect. Il n'y a aucune raison que je me coupe d'eux. Mais ce n'est pas pour cela que je me projette politiquement", insiste-t-il.

L'ancien président de la République reste par ailleurs très proche du ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, qui a été exclu des Républicains en raison de son ralliement à Emmanuel Macron. Alors que beaucoup au sein de LR dénoncent sa "trahison", il tempère : "On ne peut pas refuser d'être ministre du Budget à son âge", assure-t-il.

Les précieux conseils de Sarkozy

Nicolas Sarkozy ne se prive pas non plus de commenter le quinquennat d'Emmanuel Macron. Il estime que l'actuel locataire de l'Élysée est "entouré de gens inexpérimentés". "Avec Macron, ça risque de très mal finir", a-t-il même lâché devant des élus. Des propos que tenaient déjà l'époux de Carla Bruni en octobre dernier.

De telles prédictions inquiètent-elles l'entourage d'Emmanuel Macron ? Ses conseillers lui réclament en tous cas régulièrement des conseils, révèle le Le Figaro. "On veut faire comme vous", confieraient certains membres de la garde rapprochée du président à Nicolas Sarkozy.

Ce ne sont pas les seuls. Selon le quotidien, l'entourage de François Hollande a demandé l'an dernier conseil à ses équipes pour savoir s'il fallait se rendre au dîner du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) en tant qu'ex-président.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.