Avec le psychodrame de Paca, la droite veut croire en une "clarification"

Chargement en cours
Le maire de Nice Christian Estrosi à Nice, le 6 mars  2021
Le maire de Nice Christian Estrosi à Nice, le 6 mars 2021
1/4
© AFP, Valery HACHE

publié le jeudi 06 mai 2021 à 19h14

Les Républicains, poussés à la crise par LREM, sont secoués du psychodrame autour des régionales en Paca qui s'est poursuivi jeudi avec la démission de Christian Estrosi, mais veulent croire en une "clarification" bénéfique en vue de 2022.

Le maire LR de Nice a claqué la porte en dénonçant "la dérive d'une faction qui semble avoir pris en otage la direction du parti" et en appelant à une clarification sur la position vis-à-vis du Rassemblement national.

Pour Christian Estrosi, considéré comme "Macron-compatible", et qui avait lancé son mouvement politique "la France audacieuse" en septembre, "il est temps de reconstituer une grande formation politique" de centre droit "autour d'un vrai projet".

Ce départ, le deuxième après celui du maire de Toulon Hubert Falco mercredi, vient clore une séquence houleuse depuis dimanche, qui avait amené LR à rejeter l'idée d'alliance avec LREM en région Paca avancée par Jean Castex dans le JDD, au nom de la lutte contre l'extrême droite.

"Je regrette les départs mais c'est cohérent", a affirmé le président du parti Christian Jacob. En tenant bon sur le refus d'alliance "nous avons fait la démonstration que, dans les périodes pas faciles, la famille LR est solide".

Ces départs "ne changent rien au fait qu'on a 105 députés", rappelle un cadre LR, qui s'insurge: "notre famille politique ne va pas disparaître parce qu'Emmanuel Macron veut installer un duel avec Marine Le Pen". 

Mais ces derniers jours, la droite a dû affronté une offensive du camp macroniste pour creuser ses divisions, plusieurs ministres parlant de divorce de "deux droites irréconciliables" entre "républicains" et proches du RN.

En cause notamment, des propos du député LR Eric Ciotti comme quoi ce qui "différencie globalement" son parti du RN est la "capacité à gouverner".

Chez LR, on assure que les propos on été sortis de leur contexte. "Nous sommes et resterons les opposants déterminés à l'idéologie du Rassemblement national", a répété jeudi M. Jacob.

"On vient de vivre un épisode de politique politicienne au sens le plus caricatural du terme", avait affirmé mercredi Jean-François Copé sur LCI.

Chez LR, qui garde un bon ancrage local et commence à voir revenir des adhérents, on enrage de la "capacité de nuisance" d'un parti LREM "incapable de porter un projet régional sous (ses) couleurs" par manque d'élus locaux.

- "Coup dur" -

La droite s'exaspère aussi que l'offensive soit venue de la Présidence et du Premier ministre Jean Castex, issu de ses rangs. 

Pour M. Perrineau, cette séquence "est un coup dur pour LR, mais ils peuvent s'en remettre. Tout dépendra de la dynamique dans les sondages. S'ils ont la capacité à se rapprocher de 20%, dans quelques mois cela sera oublié".

La droite se heurte ici à une difficulté, rappelée par M. Woerth: "On a besoin d'un candidat à l'élection présidentielle qui permette de faire la synthèse".

"Le drame de la droite, c'est cette descente aux enfers depuis que nos aînés ont déclenché une guerre fratricide entre eux qui a conduit au désastre en 2017, et à veiller scrupuleusement à ce qu'il n'y ait pas de relève", selon M. Copé.

Plusieurs candidats potentiels se préparent en coulisses, mais la droite n'a pas encore choisi son candidat, ni tranché sur l'opportunité d'une primaire. La direction n'en veut pas, redoutant une nouvelle guerre des egos dont les éclats de ces derniers jours, ainsi que leurs répercussions, ont pu donner un avant-goût.

Dans cette crise, le président ex-LR des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, déjà déclaré pour 2022, a pris les devants en écrivant aux parlementaires LR pour les exhorter à l'unité, puis en dénonçant un Emmanuel Macron, "calculateur froid" qui "met en place les conditions objectives de la victoire de l'extrême droite".

Pour le député LR du Pas-de-Calais Pierre-Henri Dumont, "deux personnes ont su guider LR durant cette tempête: Christian Jacob et Xavier Betrrand" qui "s'intalle de plus en plus comme le candidat naturel de la droite".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.