"Aujourd'hui je suis prête" : Anne Hidalgo officialise sa candidature à la présidentielle

"Aujourd'hui je suis prête" : Anne Hidalgo officialise sa candidature à la présidentielle
Anne Hidalgo a officialisé sa candidature à la présidentielle 2022, le 12 septembre 2021 à Rouen.

publié le dimanche 12 septembre 2021 à 11h45

La maire de Paris se lance dans la course à l'Elysée pour "offrir un avenir à tous nos enfants" et promet pour son quinquennat une "République décentralisée, plus près des citoyens, avec les citoyens". 

Après des mois de faux suspens, Anne Hidalgo a officialisé dimanche 12 septembre sa candidature à la présidentielle de 2022. "Nous avons entrepris un grand rassemblement.

Aujourd'hui je suis prête. C'est pourquoi avec cette force chaleureuse qui m'entoure, humblement, consciente de la gravité de cet instant, et pour faire de nos espoirs la réalité de nos vies, j'ai décidé d'être candidate à la présidence de la République française", a déclaré la maire PS de Paris depuis Rouen, censée donner "une dimension nationale" à sa candidature. 



Cette annonce intervient après plusieurs mois de déplacements, pour s'assurer d'avoir "les fondations, ces points d'accords pour être capable de parler au pays". Dimanche, l'édile socialiste est revenue sur son histoire et ses racines. "Aujourd'hui, sur ce port de Rouen, je pense à mon père qui fut ouvrier sur le chantier naval de Cadix. Je pense aussi à ma mère, couturière", a appuyé Anne Hidalgo, esquissant son parcours politique et personnel de "femme française, née en Espagne" avant son arrivée dans "cette France qui (lui) a donné (sa) chance".

"Je veux que tous les enfants de France aient la même chance que celle qui m'a été donnée. Je suis candidate pour offrir un avenir à nos enfants, à tous nos enfants", a-t-elle scandé. Elle a ajouté vouloir "commencer par mettre fin au mépris, à l'arrogance, au dédain, à la condescendance de ceux qui connaissent si mal nos vies mais décident loin de nous, de tout, tout le temps, sans nous", décidée à se détacher de l'image parisianiste que lui collent ses opposants.

Anne Hidalgo a ensuite dénoncé le bilan d'Emmanuel Macron. "Le quinquennat qui s'achève devait unir les Français, il les a divisé comme jamais. Il devait régler les problèmes sociaux, il les a aggravé. Il devait protéger notre planète, il a tourné le dos à l'écologie", a-t-elle poursuivi.

Quel programme ?

A l'inverse, son quinquennat "sera celui de l'aboutissement d'une République décentralisée, plus près des citoyens, avec les citoyens", a-t-elle martelé. L'écologie sera au coeur de sa campagne. "Nous devons rendre concrète la promesse républicaine qui est une promesse de justice et de fraternité. Nous devons aussi réussir les solutions écologiques, transformer nos modes de vie, notre économie", a-t-elle déclaré, précisant qu'elle proposerait "un plan sur cinq ans pour décarboner notre économie, relocaliser nos entreprises, réindustrialiser tous nos territoires, sortir des énergies fossiles, vers des énergies renouvelables". 

En ce qui concerne l'emploi, Anne Hidalgo veut augmenter les salaires, notamment celui des professeurs et encourager les entreprises à distribuer une plus grande part de leurs richesses". 

"Nous devons réinventer notre beau modèle français fragilisé par ces crises multiples", a estimé la maire de Paris, qui veut mener le "pays sur la voie de la réconciliation, de l'apaisement, de la sécurité, de la justice sociale et de la justice climatique". 

Irruption de manifestants

Un discours marqué par une irruption de manifestants. Une dizaine de personnes avec des fumigènes se sont fait entendre, en brandissant une pancarte "Paris aujourd'hui, demain la France. Stop au saccage".



Il s'agit de l'Action française, rapporte franceinfo. "Nous sommes venus car nous ne sommes pas en accord avec les actions d'Anne Hidalgo qu'elle fait à Paris, notre ville est en train de dépérir", a indiqué un militant de l'extrême droite à la radio. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.