Augmentation du chômage : il faut "travailler moins pour travailler mieux et travailler tous", affirme Adrien Quatennens

Augmentation du chômage : il faut "travailler moins pour travailler mieux et travailler tous", affirme Adrien Quatennens
Le député insoumis du Nord, Adrien Quatennens, à l'Assemblée, le 26 janvier 2021.

, publié le mercredi 03 mars 2021 à 13h10

Le député insoumis plaide pour des semaines de travail de 32 heures, une sixième semaine de congés payés et une retraite à 60 ans.

"Une honte". Le député du Nord, Adrien Quatennens, a vivement dénoncé l'entrée en vigueur, le 1er juillet prochain, de la réforme de l'assurance-chômage qui entérine un nouveau mode de calcul de l'indemnisation des demandeurs d'emploi, malgré les réticences des syndicats.

"Cette réforme doit absolument être abandonnée", a affirmé mercredi 3 mars sur Franceinfo l'élu insoumis. 



"Déjà avant la crise du Covid-19, cette réforme était honteuse", car le gouvernement "part de l'idée qu'en diminuant l'accès à l'indemnisation du chômage ce serait une politique de retour à l'emploi", a souligné Adrien Quatennens. "Avec cette réforme, 40% des indemnisés vont perdre sur leurs indemnités chômage", s'est-il insurgé. 

"C'est absolument ridicule. Les chômeurs ne sont pas responsables de leur chômage. Nous manquons essentiellement de créations d'emplois pas de travail au sens de tâches à accomplir, mais d'emplois", a-t-il poursuivi, soulignant que "le nombre de demandeurs d'emploi augmente plus vite que le nombre d'emplois créés parce que depuis 2002 le temps de travail est bloqué".

Pour faire diminuer le chômage, Adrien Quatennens propose "une baisse du temps de travail, un partage du temps de travail". "Travailler moins pour travailler mieux et travailler tous", a ajouté l'élu. La France insoumise propose que "les 35 heures soient véritablement appliquées et pourquoi pas qu'on aille vers les 32 heures, qu'on puisse avoir une sixième semaine de congés payés et la retraite à 60 ans", a-t-il poursuivi. 

La réforme de l'assurance-chômage entrera en vigueur le 1er juillet pour ce qui est du nouveau mode de calcul de l'indemnisation des demandeurs d'emploi. Le durcissement de l'ouverture des droits (de 4 à 6 mois de travail sur les 24 derniers augmentés d'une période de neutralisation liée aux confinements) entrera en vigueur au plus tôt fin octobre. Il dépendra d'une amélioration du marché de l'emploi appréciée sur six mois à partir du 1er avril. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.