Au procès Bygmalion, le "coordinateur" de la campagne Sarkozy qui n'a rien vu

Au procès Bygmalion, le "coordinateur" de la campagne Sarkozy qui n'a rien vu
Guillaume Lambert (g), l'ancien directeur de la campagne de Nicolas Sarkozy, quitte le tribunal de Paris, le 17 mars 2021

publié le lundi 07 juin 2021 à 20h50

Directeur de la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, Guillaume Lambert a assuré au procès Bygmalion qu'il avait constamment veillé à ce que les dépenses restent dans les clous, et n'avait jamais "rien su" du système de fausses factures.

A la barre comme la plupart des autres prévenus - anciens cadres de Bygmalion et de l'UMP - passés avant lui depuis l'ouverture du procès, M. Lambert s'évertue surtout à minimiser sa fiche de poste.

Directeur de campagne, c'était surtout un "rôle de coordination", répète l'ancien préfet, qui était chef de cabinet de Nicolas Sarkozy à l'Elysée avant le début de la campagne.

- Vous ne vous occupiez pas de la planification des meetings ?, demande la présidente.

- Pas vraiment, répond M. Lambert, "pas spécialiste de l'événementiel". 

"Je suis surtout l'interface entre l'Elysée et l'équipe de campagne, résumera-t-il, en assurant: "Celui qui dirige la campagne, c'est le président".  

Contrairement à ses 13 coprévenus qui comparaissent pour le système de fausses factures mis en place pour masquer l'explosion du plafond de dépenses autorisées, Nicolas Sarkozy - absent à l'audience - n'est jugé que pour "financement illégal de campagne".

Son interrogatoire est prévu la semaine prochaine.

Selon l'accusation, l'ex-président a laissé filer les dépenses malgré plusieurs alertes claires et a "incontestablement" bénéficié de la fraude qui lui a permis de disposer d'au moins 42,8 millions d'euros au total, soit près du double du plafond légal à l'époque (22,5 millions).

La présidente Caroline Viguier fait projeter la première note d'alerte, envoyée début mars par les experts-comptables. 

"C'est une injonction pour le futur, le bateau n'est pas en train de couler", insiste M. Lambert, qui porte un costume bleu marine et une attelle au mollet. 

Mais il réagit "tout de suite". A l'un, il donne l'ordre de renégocier le prix des meetings, aux autres de réduire la voilure... "je ne laisse pas filer les choses", assure-t-il, "j'ai donné le sens de ce qu'il convenait de faire".

Sur le pupitre devant lui, Guillaume Lambert a posé un classeur de tableaux surlignés, dont il sort régulièrement des chiffres pour se défendre.

La présidente est un peu dubitative. Personne dans le dossier n'a le souvenir de sa détermination à maîtriser les dépenses. Et puis, juste après cette première note, arrivent les premiers gros meeting et la demande d'accélérer le rythme de la campagne.

- "Fort de café" -

"On a l'impression que vous dites qu'il faut faire attention de manière générale, sans aucune autre directive (...) et le message est vite oublié", avance-t-elle.

"Il y a eu un message très clair, très ferme. On ne peut pas faire n'importe quoi, c'est ça le message", assure au contraire M. Lambert.

Le tribunal insiste, ne comprend pas qu'il n'y ait pas eu de "suivi particulier" dans sa volonté d'économies. 

Il finit par s'emporter. "Le problème, c'est pas Lambert, le problème, c'est qu'ils ne tiennent pas compte de ce que je dis !", crie-t-il presque. "C'est un peu fort de café de me tenir responsable de ça", ajoute-t-il avant de s'excuser de s'être énervé.

"Votre position c'est que vous avez donné des consignes et qu'elles n'ont pas été respectées", synthétise la présidente.

Le procureur Nicolas Baïetto est moins diplomate: "Si vous essayiez aussi fort, comment êtes-vous arrivé à un résultat aussi mauvais ?"

M. Baïetto rappelle que sur la quarantaine de meetings, seuls trois au final seront des "petits meetings" de moins de 1.000 personnes. Et il ironise sur le fait Guillaume Lambert n'ait pas été étonné de l'improbable réussite d'une renégociation qui aurait fait fondre les prix de meetings au point de les diviser par deux. "C'est un peu excessif, non ?". 

Guillaume Lambert ne se démonte jamais. "J'ai piloté la campagne, j'ai présenté des activités au candidat. Le tableau de bord qu'on me présentait me disait que c'était possible", dit-il. 

"Je n'avais aucune possibilité de savoir qu'il était tronqué, erroné, parce que des gens avaient décidé de mettre en place un système de fausses factures". Lui n'en avait "aucune idée, aucun soupçon". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.