Attentats du 13 Novembre : les propositions de François Hollande pour lutter contre le terrorisme

Attentats du 13 Novembre : les propositions de François Hollande pour lutter contre le terrorisme
Cinq après les terribles attentats qui ont touchés la France, François Hollande estime qu'il faut renforcer la lutte contre le terrorisme

, publié le vendredi 13 novembre 2020 à 07h45

Il y a cinq ans jour pour jour, la France était la cible d'attentats terroristes qui ont fait 130 morts. Pour François Hollande, alors chez de l'Etat, "la guerre sur notre sol n'est pas achevée".

L'ancien président préconise d'appliquer les lois existantes et d'en renforcer certaines.

Il y a cinq ans, la France vivait l'horreur des attentats à Paris et à Saint-Denis. Les attaques simultanées du Stade de France en plein match de football puis des restaurants et enfin la prise d'otage du Bataclan. François Hollande était alors le président de la République. Il n'a pas oublié cette journée tragique comme il le raconte au Parisien dans une grande interview parue ce vendredi 13.



Changement de méthode

Le vendredi 13 est pour "le souvenir douloureux d'une nuit terrible". Depuis octobre, la France est de nouveau la cible d'attentats terroristes mais de moins grande ampleur. Les groupes préparés ont cédé leur place à des personnes isolées attaquant au couteau, comme ce fut le cas devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, lors de l'assassinat de Samuel Paty ou encore en la basilique de Nice.

"Ils nous frappent encore, mais avec des individus fanatisés qui utilisent des couteaux pour susciter l'effroi. La guerre sur notre sol n'est donc pas achevée, mais beaucoup de batailles ont été gagnées depuis 2015", estime l'ancien chef d'Etat qui a demandé à son successeur s'il allait bien lors de la cérémonie du 11-Novembre.

Pas de lois d'exception mais un renforcement de certains dispositifs

Pour François Hollande, malgré ce climat de terreur, il était important que la démocratie continue. Il souligne qu'il a tenu à ce que les régionales aient lieu à la date convenue et que quelques semaines après les attentats il signait l'accord sur le climat lors de la COP 21. "Ce qu'il faut, c'est armer la démocratie, l'armer par la loi et par la force, représentée par l'adhésion de toute la Nation", rappelle l'ancien président.

Il réfute l'idée proposée par la droite dure de faire voter des lois d'exception par contre, il estime qu'il faut appliquer "fermement" les textes déjà existants avant d'en créer d'autres. Malgré tout, François Hollande reconnaît que certains dispositifs doivent être améliorés ou renforcés "comme la lutte contre le cyberterrorisme, la radicalisation sur les réseaux sociaux ou encore le suivi des individus radicalisés ou condamnés pour actes terroristes à leur sortie de prison".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.