Attaque au hachoir à Paris : le risque terroriste a été "clairement sous-évalué", selon Christian Jacob (LR)

Attaque au hachoir à Paris : le risque terroriste a été "clairement sous-évalué", selon Christian Jacob (LR)
Le patron des Républicains (LR) à Matignon le 20 mai 2020
A lire aussi

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 09h40

Le chef des Républicains tacle la politique antiterroriste du gouvernement. Lundi 28 septembre, Christian Jacob (LR) a réagit à l'attaque au hachoir à Paris, appelant Emmanuel Macron à prendre des "décisions". 

Le risque terroriste en France est "clairement sous-évalué".

Trois jours après l'attaque au hachoir à Paris, devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, qui a fait deux blessés graves, Christian Jacob tacle la politique d'Emmanuel Macron en matière terroriste, et sur sa politique migratoire. "Rien n'est fait depuis trois ans" a fustigé le patron des Républicains (LR) sur Franceinter ce lundi matin.

La veille, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait estimé que les Français et leurs dirigeants avaient "peut-être (...) collectivement" mis derrière eux la réalité du "terrorisme islamique", affichant son intention de serrer la vis sur la sécurité des sites "symboliques".



Accueil des mineurs isolés

Dans le viseur de Christian Estrosi : la politique réservée à l'accueil des mineurs isolés en France. "Regardez ce qu'il se passe avec les mineurs isolés : en 2012, la France en accueillait 1000 ; aujourd'hui on en a 40 000, c'est 40 fois plus", a-t-il décompté. Il a rappelé que le principal suspect de l'attaque aurait véritablement 25 ans et non 18 comme il l'affirmait. Des informations que l'enquête devra confirmer. 

Le patron des Républicains a par ailleurs appelé à la multiplication des tests osseux menés sur des personnes dont on doute de la minorité, pour lesquels il faut jusqu'à présent "l'accord de l'intéressé et une décision judiciaire". 

Christian Jacob a enfin taclé le président de la République Emmanuel Macron au sujet de l'"islamisme radical", estimant que le chef de l'Etat est "tétanisé par ce sujet, incapable de décider quoique ce soit". 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.